SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Un adhérent du SE-UNSA 11 rend ses palmes académiques
Article publié le vendredi 25 février 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Dans la mouvance nationale de "l’Appel des 47" de renvoyer leurs palmes académiques, Robert De Colle, enseignant carcassonnais syndiqué SE-Unsa, 38 ans dans l’éducation nationale, retraité, vient de renvoyer sa distinction pour protester contre la politique du gouvernement en matière d’éducation. Ce “chevalier”, "fier" d’avoir obtenu sa distinction en 2008, a expliqué son geste à la presse et dans une lettre adressée au ministre : "C’est avec un très grand regret que, modestement, je manifeste ma tristesse et ma colère en vous renvoyant mes palmes académiques, pour défendre les valeurs qui m’ont permis de les obtenir."

Article de l’Indépendant

Article du Midi Libre

Article de la Dépêche du Midi

En pièce-jointe, l’interview radio

Monsieur le Ministre de l’Education,

J’ai été pendant 38 ans instituteur, puis professeur des écoles et directeur. J’ai toujours considéré mon travail comme une mission en souhaitant rendre à l’Ecole ce qu’elle avait donné au fils d’immigré que je suis. J’ai longtemps été très fier de ce qu’avec mes collègues nous accomplissions, avec le sentiment, au-delà des évolutions pédagogiques, de poursuivre l’œuvre des Hussards de la République, nos glorieux anciens.


Vos services, reconnaissant cet engagement, m’ont honoré en 2008 du grade de chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques.


Aujourd’hui, c’est le citoyen retraité, qui constate que vous poursuivez par un étouffement notamment budgétaire et des choix idéologiquement orientés la destruction systématique de l’Ecole Publique entreprise depuis quelques années. A ce jour, c’est l’idée même d’un service public que vous détruisez. Par ce fait, vous portez gravement atteinte au pilier primordial de la République et mes concitoyens vont, je le crains, en payer bientôt le prix.


Devant tant de mépris et tant de constance pour mettre à bas l’œuvre édifiée pas à pas depuis le Révolution, comme vous restez sourd aux protestations, manifestations, pétitions de ceux qui défendent l’Ecole, c’est avec un très grand regret que, modestement, je manifeste ma tristesse et ma colère en vous renvoyant mes palmes académiques, pour défendre les valeurs qui m’ont permis de les obtenir.


Je vous prie d’accepter, Monsieur le Ministre, l’expression de mes meilleurs sentiments laïques et républicains.

Robert de Colle

 

*

Question de valeurs

Les offensives gouvernementales anti-services publics, anti-laïques sont avérées. L’action la plus regrettable pour l’Ecole de la République est la suppression 50000 emplois d’enseignants depuis 2007, dont 16000 pour la prochaine rentrée. Dans l’Aude, des dizaines de classes seront encore fermées cette année…


Ce travail de démolition se matérialise aussi par l’apparition des nouveaux vieux programmes, le service minimum d’accueil, l’aide personnalisée inefficace, le renforcement de l’autorité hiérarchique…
On peut ajouter au tableau noir tous les discours sur l’école maternelle (les couches), l’accueil des deux ans au même niveau qu’en 1961, la suppression des RASED, la formation des enseignants rendue famélique, des évaluations nationales mal pensées et inutiles, la suppression de la sectorisation scolaire favorisant les dérogations aux motifs peu avouables…

Cette année, la cerise sur le gâteau est la prime de 22000 € accordées aux Recteurs qui mettront du cœur à l’ouvrage pour supprimer des postes : un raisonnement qui s’apparente plus aux objectifs fixés aux cadres commerciaux qu’aux fonctionnaires de l’Éducation nationale.

La question centrale est simple : quelle valeurs sous-tendent l’action de ce gouvernement ? Deux réponses viennent aux lèvres : "Impunité totale" et "moi et mes copains d’abord".

En ce sens, le SE-UNSA comprend qu’un enseignant qui a consacré sa carrière professionnelle à l’éducation des enfants, soit heurté et remette ses insignes de chevalier des palmes académiques.

C’est le témoignage d’un homme libre, d’un grand professionnel reconnu, qui regrette qu’un pays comme la France ne garantisse pas tous les moyens de réussir aux enfants, particulièrement ceux qui n’ont QUE l’école pour s’en sortir.

Le gouvernement défigure la République Laïque et considère l’éducation de nos enfants comme une variable d’ajustement budgétaire !

Pour contester cette politique, SE-UNSA invite tous les citoyens à la grande manifestation régionale à Montpellier le samedi 19 mars.

Rémy-Charles Sirvent
Secrétaire départemental du SE-UNSA 11

 


 
 
 
 
ALC