SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - [Mél.]

 
Carte scolaire rentrée 2011 : personne n’est à l’abri
Article publié le mardi 21 décembre 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Carte scolaire 1er degré : -12 postes dans l’Aude

Second degré : -96 postes dans l’Académie


 

95 postes en moins prévus dans le premier degré pour l’académie de Montpellier, c’est du jamais vu !

Ce projet prévoit le retrait de 12 postes du 1er degré dans l’Aude pour 1 élève de moins que l’an dernier dans le département.. Ce nombre est brut, et si l’Inspecteur d’Académie veut ouvrir une classe, il devra obligatoirement en fermer une. Le bilan global sera toujours de -12(exemple : si on ouvre 10 classes, on en fermera 22).

PERSONNE N’EST A L’ABRI

 NE VOUS FAITES PAS BALADER PAR UN SUPERIEUR HIERARCHIQUE

CONTACTEZ-NOUS

 

Dans le second degré, ce sont 96 postes en moins qui sont prévus pour notre académie.

La carte scolaire devrait être particulièrement sévère pour la rentrée 2011, les effets des suppressions de postes en 2010 ayant été en partie masqués par l’arrivée conjointe sur le terrain de la dernière promo de l’IUFM et de la première « post-réforme » de la formation des enseignants.

Vous pouvez consulter en pièce jointe les chiffres pour toutes les académies de France. C’est tout à fait parlant.

Pour préparer au mieux ce qui risque d’être une rude bataille, pensez-à nous renvoyer la fiche de suivi « carte scolaire 1er degré » (ci-joint).

Pour plus de renseignements, contactez nous par téléphone ou email (11@se-unsa.org)

Pendant ce temps, les députés UMP régalent l’enseignement privé

Les élus UMP aiment les petits arrangements entre amis. Le budget 2011 devait appliquer à l’enseignement public comme aux établissements privés des suppressions de postes. Un amendement à la loi de finances, contre l’avis d’un ministre dépassé, attribuera aux établissements privés sous contrat quatre millions d’euros ce qui leur permettra de créer 250 postes. Ces quatre millions sont retirés de crédits réservés à la rémunération des personnels administratifs et au fonctionnement des services de l’enseignement public. La rigueur ne s’applique qu’au service public d’éducation qui voit ses moyens réduit de presque 14 000 postes. Lui seul sera confronté à des difficultés alors qu’il accueille tous les élèves dans tous les quartiers.

La mansuétude de l’UMP est à sens unique. Elle épargne les établissements privés et met en difficulté l’Ecole de la nation, celle qui rassemble sans distinction d’origine, de fortune et de croyance les élèves de notre pays.

L’UNSA Education est indignée par ce mauvais coup perpétré contre l’Ecole publique. L’UMP s’est mis au service des établissements catholiques. Les intérêts électoraux sont, pour ce parti, au-dessus de l’intérêt général.


 
 
 
 
ALC