SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
L’Inspecteur d’Académie de l’Aude entre en désobéissance
Article publié le lundi 14 septembre 2009.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Le Syndicat des Enseignants-UNSA 11 observe que le mouvement des désobéisseurs s’enrichit de la présence d’un membre inattendu : l’Inspecteur d’Académie de l’Aude.

En effet, ce dernier a décidé de braver la loi, en bafouant le protocole sur la direction d’école de 2006. Ce texte réglementaire permet aux directeurs d’écoles de 4 classes (55 dans l’Aude) de bénéficier de 36 jours par an de décharge, pour effectuer l’immense travail administratif qui leur incombe.

Notre Inspecteur a décidé que ce règlement ne s’appliquerait pas à l’Aude, où, nombre de directeurs n’auront que 30 jours par an pour se consacrer à cette charge (bien qu’il semblait avoir admis lors de la CAPD du 8/09/2009 que la loi leur donnait 36 jours).

Ainsi, pour les directeurs concernés, deux cas de figure se présentent :

 - La décharge est assurée par un PE2 : 30 jours effectifs sont alloués au directeur (le calendrier des PE2 se téléscope avec le stage filé). Cette décharge est hebdomadaire, et correspond ainsi à la réalité du travail à accomplir. Il ne reste à l’Inspecteur d’Académie qu’à assurer le complément de 6 jours pour les 35 écoles pourvues d’un PE2, soit environ 1 poste.

 - La décharge est assurée par des remplaçants (C’est le cas pour 20 écoles). Dans ce cas, rien n’empêche que les 36 jours de classe soient accordés (il suffit d’affecter 5 TR à cette tâche ; 5 enseignants x 4 jours= 20 écoles). Or, alors que rien ne s’y oppose, et que la solution lui a été proposée, l’Inspecteur d’Académie refuse délibérément que la loi s’applique.

Pire, cette décharge est annualisée : deux jours de décharge pendant 7 semaines, puis deux jours pendant 8 semaines en toute fin d’année… On se moque du monde !

Le SE-UNSA 11 a transmis ces informations au siège national du SE-UNSA, afin que cet acte de rébellion soit examiné au ministère.

L’administration de l’Education Nationale est d’une si grande fermeté avec les désobéisseurs que la situation des décharges 4 classes devrait, sans nul doute, avoir une issue favorable aux directeurs audois.

 

 

 

 
 
 
 
ALC