SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Rencontre avec Mme HĂ©rin, DĂ©putĂ©e
Article publié le lundi 30 septembre 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Rencontre avec Mme Hérin, Députée

En charge des dossiers qui concernent l’Education et la Retraite

 

Cela fait 18 mois que le SE-Unsa, demande une audience Ă  Mme la dĂ©putĂ©e, Danièle HĂ©rin. C’est chose faite. Nous avons Ă©tĂ© reçus le 27 septembre dernier  

DiffĂ©rents points ont Ă©tĂ© abordĂ©s :

  • Direction d’école
  • MĂ©decine du travail
  • Carte scolaire
  • Inclusion
  • Retraite et rĂ©munĂ©ration

 

*Direction d’école

Nous avons longuement expliqué à la députée les mauvaises conditions de travail des directrices et directeurs d’écoles à Mme Hérin et le combat que nous menons depuis des mois maintenant en leur faveur (lien vers nos actions ici )

Mme Hérin est étonnée que l’aide administrative n’existe plus. Elle pense qu’à ce poste, un administratif est indispensable.

Le SE-Unsa lui rappelle qu’elle a voté le budget qui prévoyait la disparition des contrats aidés en 2017…

Mme Hérin souhaite mener une action avant la fin de l’année, en faveur de l’allégement des tâches administratives des directeurs.

Nous jugerons sur pièces ; en tout cas, la mĂ©connaissance de la situation est prĂ©occupante.

Pour le SE-UNSA, il y a urgence à apporter des réponses à la hauteur des attentes très fortes.

Pour le SE-Unsa, la direction et le fonctionnement de l’école doivent être traités selon deux axes : améliorer immédiatement les conditions d’exercices et donner un statut à l’école, qui est bien vulnérable entre le marteau institutionnel et l’enclume municipale. En avril dernier, le SE-Unsa a remis l’ensemble de ses propositions pour la direction et le fonctionnement de l’école.

Nous attendons maintenant des actes.

 

*MĂ©decine du travail 

Nous avons soulignĂ© qu’il n’y a pas de mĂ©decine du travail dans l’Education nationale. Sans mĂ©decine du travail, comment aider les personnels en dĂ©tresse liĂ©e Ă  leurs conditions de travail ? Comment anticiper, prĂ©venir les maladies professionnelles ?

La directrice Christine Renon, qui s’est suicidĂ©e sur son lieu de travail, explique dans une lettre son geste de dĂ©sespoir. Les conditions de travail des enseignants dans leur ensemble et particulièrement  des directeurs d’école sont mises en cause.

Le SE-UNSA a rappelĂ© Ă  Mme HĂ©rin qu’un seul mĂ©decin scolaire s’occupait des PO et de l’Aude. Dans l’HĂ©rault et le Gard, il n’y en a plus. Il est Ă©vident, que le mĂ©decin ne s’occupe que des personnels qui vivent des situations professionnelles qui impactent dĂ©jĂ  fortement leur santĂ© ; pas de place Ă  la prĂ©vention ou au dĂ©cèlement avant le point de non-retour.

Mme Hérin était très étonnée de l’absence de médecine du travail dans notre ministère.

Pour le SE-UNSA, ce dossier urge : il faut une mĂ©decine du travail pour les enseignants !

 

*Carte scolaire

-Evocation des situations des écoles Jean Jaurès, La Gravette.

-DĂ©doublements : cette politique ne concernent que 1% des Ă©lèves du premier degrĂ© audois. Est-ce suffisant pour inflĂ©chir les inĂ©galitĂ©s scolaires dans un dĂ©partement comme le notre ?

Ces situations sont vécues dans l’Aude comme des injustices liées à la non prise en compte de la ruralité et de la pauvreté.

Mme Hérin précise qu’elle interviendra en amont de la prochaine carte scolaire pour tenter d’améliorer les moyens alloués à ses écoles.

Elle souhaite également réunir les syndicats représentatifs dans l’Aude pour aborder la question de la ruralité et avancer sur ce sujet, des propositions communes.

Pour le SE-UNSA, il est nécessaire d’augmenter les moyens d’enseignement de l’Aude, pour travailler mieux et faire réussir les élèves.

 

*Inclusion

Le SE-UNSA souligne différents points qui posent problème.

  • En premier lieu, les besoins d’AESH non pourvus alors que les Ă©lèves Ă  besoins Ă©ducatifs particuliers ont la notification.
  • Nous portons Ă©galement Ă  sa connaissance, le fait que certains Ă©lèves vont Ă  l’école alors que leur AESH n’est pas nommĂ©.e. Est-ce qu’il nous viendrait Ă  l’idĂ©e de demander Ă  un enfant en fauteuil de venir sans, Ă  l’école ?
  • La question des AESH mutualisĂ©.e.s est Ă©voquĂ©e : pour le SE-UNSA, les directeurs.rices n’ont pas vocation Ă  rĂ©partir les heures de l’AESH selon les besoins des enfants. Ils supportent assez de responsabilitĂ©s pour qu’on en ajoute.

Mme Hérin a pris connaissance de ces problèmes et souhaite en alerter les député.e.s en charge de ces questions.

Elle propose également d’organiser une réunion avec la députée spécialiste de la question.

Pour le SE-UNSA, les Pial, les AESH référents, le nouveau mode de calcul du temps de travail sont autant de nouveautés menées au pas de course, en négligeant encore trop l’avis et l’expertise des organisations syndicales et/ou des partenaires sociaux « experts » du handicap (telle que l’APAJH).

Ainsi, si nous sommes conviés à cette réunion, nous irons y porter nos revendications.

 

 *Retraites

Mme Hérin est convaincue que c’est l’occasion de travailler sur la revalorisation salariale, notamment des enseignants et de la retraite.

Elle a conscience que nous sommes l’un des pays où nous sommes les plus mal payés d’Europe.

Nous abordons la question de l’aménagement de fin de carrière et la nécessaire élasticité entre les Fonctions Publiques.

Les enseignants sont des personnels catégorie A. Actuellement, nous avons l’obligation d’un reclassement dans la même catégorie.

Pour illustrer nos propos, nous indiquons que le seul fonctionnaire Catégorie A de la DSDEN est le secrétaire général.

 

Trop d’enseignements souffrent sans avoir de passerelles possibles, de moyens d’être reclassés dans un métier, une mission où ils pourraient s’épanouir à nouveau.

 

 
 
 
 
ALC