SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Négociations salariales et 1ere reunion du protocole sur la suppression du samedi matin
Article publié le mercredi 5 décembre 2007.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Négociations salariales :
Une négociation salariale va débuter le 17 décembre. Vous trouverez ci-dessous le communiqué commun des syndicats de fonctionnaires à l’issue de l’interfédérale.
CGT, CFDT, FO, FSU, UNSA, CFDT, Solidaires, CGC
La réussite de la grève et des manifestations du 20 novembre 2007 a contraint le gouvernement à réviser sa copie et à accepter le principe d’une négociation portant sur les salaires et rémunérations dans la Fonction publique. Cela tranche avec la déclaration unilatérale du Ministre le 26 octobre dernier.
Lors de la réunion du 3 décembre 2007, Eric WOERTH a procédé à différentes annonces :
  •  ouverture de négociations sur ce thème dès le 17 décembre,
  •  acceptation du principe de discussions sur la grille indiciaire, reconnaissant son écrasement,
  •  acceptation du principe d’une négociation annuelle sur les salaires dans la fonction publique avec une première réunion au printemps 2008 pour les rémunérations 2009.
Par ailleurs, le Ministre convient de la nécessité, dans le cadre de mesures générales, d’augmenter la valeur du point d’indice.
Les organisations syndicales signataires prennent acte de ces annonces mais entendent maintenir la pression pour obtenir dès le 17 décembre, des réponses sur les points suivants :
  •  maintien du pouvoir d’achat par des mesures générales, passant par la revalorisation du point d’indice, et ce, dès le 1er janvier 2008 ;
  •  prise en compte du passif des années antérieures ;
  •  reconstruction et revalorisation de la grille indiciaire.
S’agissant des heures supplémentaires et des mesures éventuelles sur le compte épargne temps, les organisations syndicales signataires rappellent leur volonté de les traiter en dehors du sujet « pouvoir d’achat ».
Enfin, la question de l’emploi public reste, pour elles, pleinement d’actualité.
Les organisations signataires apprécieront les réponses ou l’absence de réponses et arrêtent le principe d’une nouvelle rencontre intersyndicale à l’issue de cette première réunion de négociation.
Le 3 décembre 2007
 
1ère réunion du protocole de discussions sur la suppression du samedi matin
 
 
La première réunion a eu lieu le jeudi 22 novembre au Ministère, en présence de Xavier DARCOS, des membres de son cabinet, des représentants de la DGRH et de la DGESCO. Les trois organisations syndicales concernées par le protocole étaient présentes : SE-UNSA, Sgen et Snuipp.
 
Un calendrier et des thèmes de travail ont été élaborés.
 
Une série de quatre réunions est prévue d’ici les vacances de Noël : les 26 novembre, 6-13 et 20 décembre.
Il a été décidé de mener une réflexion autour de plusieurs problématiques :
- l’identification du public d’élèves concernés par les heures de soutien et le cadre de la prescription aux familles
- le contenu de ces deux heures, en lien avec le temps scolaire (donc les 24h d’enseignement scolaire)
- l’organisation du temps de travail pour les enseignants (que faire de ces 108 h : relation aux familles, préparation du travail, soutien, besoins de formation, travail en équipe et concertations …)
 
En janvier 2008, les répercussions sur les textes réglementaires seront étudiées pour aboutir à leur examen en instance nationale de concertation (CSE et CTPM).
 
Intervention du SE-UNSA :
Le SE-UNSA a exigé que des concertations, en parallèle, puissent se mener autour du document d’orientation du Ministre sur la réforme de l’école primaire et notamment sur deux points importants non évoqués dans le protocole de discussions : la maternelle et l’évaluation des enseignants.
 
Nous avons aussi rappelé le contexte complexe dans lequel cette discussion s’engageait : action du 20 novembre, le débat budgétaire sur la revalorisation salariale des enseignants, les conférences autour de la Fonction Publique, la commission Pochard … en soulignant que tous ces chantiers seraient amenés à se croiser voire à se percuter !
 
Enfin nous sommes intervenus sur deux points précis :
à Comment prescrire, aux familles, du soutien aux élèves en dehors de l’obligation scolaire ?
à Refus d’un dispositif qui aboutirait à une complexification des tâches et à un alourdissement du travail des enseignants : pour le SE-UNSA, une grande souplesse doit être laissée aux équipes pour adapter le dispositif au regard des situations hétérogènes rencontrées dans les écoles.
 
 
Nous vous tiendrons informés des discussions au fur et à mesure.
 
 
 
 
ALC