SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Enseignement privé : hausse d’effectifs avec notre argent
Article publié le lundi 27 février 2017.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

A la rentrée 2016, les effectifs ont légèrement augmenté dans les établissements privés. Selon le ministère, à a dernière rentrée 6400 élèves de plus ont rejoint l'enseignement privé (+ 0,9%) et 9 900 ont quitté le public (-0,4%). Cette évolution n'est pas nouvelle, particulièrement au collège, mais elle s'accompagne d'un accroissement de la ségrégation sociale en milieu scolaire.

Selon les statistiques de la Depp (Direction de l'évaluation de la prospective et de la performance) les établissements privés scolarisent plus d'élèves de familles "favorisées" ou "très favorisées" (37% des effectifs en 2016 contre 30% en 2003). A contrario, il y a 2,5 fois plus de boursiers dans le public que dans le privé.

Alors que la plupart des pays de l'OCDE appliquent le principe : A l'école publique, fonds publics. A l'école privée, fonds privés, la France est un des rares pays au monde à financer la concurence de son propre service public d'Education.

En Pologne, en Italie et au Portugal par exemple, l'essentiel du financement est assuré par les familles et l'Eglise. L'enseignement catholique privé ne représente respectivement que 0,9%, 3,8% et 3,7% des élèves, contre près de 20% en France!

La Finlande, en tête des pays européens pour les tests PISA, ne finance pas l'enseignement privé qui représente moins de 1% de la population scolaire. Elle a, de ce fait, un système scolaire très homogène. Pour le SE-Unsa, au lieu d'accuser les réformes de faire fuir les élèves vers le privé, on ferait mieux de consacrer l'argent public à l'école publique. Il faut faire cesser cette concurrence et donner à l'enseignement public les moyens d'accueillir tous les enfants sans discrimination.

 
 
 
 
ALC