SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - [Mél.]

 
CTSD du 2 septembre : dĂ©claration et compte-rendu de l’UNSA-Ă©ducation
Article publié le lundi 5 septembre 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

CTSD du 2 septembre

 

Madame l’Inspectrice d’Académie,

La Loi de refondation de l’école a aujourd’hui plus de 3 ans et nous pouvons voir ses effets localement. L’effet le plus visible est bien sûr l’investissement humain, les 60000 créations de postes dans l’Education Nationale, l’objectif sera atteint, sinon approché.


Cela se matĂ©rialise par une prioritĂ© Ă  l’école primaire, la mise en place de nouveaux contenus d’enseignement, la nĂ©cessaire rĂ©flexion sur ce que doit ĂŞtre le collège unique,  les renforts spĂ©cifiques notamment en Ă©ducation prioritaire.


Dans l’Aude, la rentrée 2016 est marquée par la création de 30 postes d’enseignants supplémentaires. L’UNSA Education est satisfaite de cet effort et souhaite que la voie tracée soit poursuivie dans les mois et les années qui viennent. Une autre voie nous satisfait : la voie pédagogique proposée par le plan académique de transmission des valeurs de la république. Pour nous, les dispositifs présentés visent la démocratisation scolaire que nous appelons de nos vœux.


Dans ce contexte, l’UNSA Education regrette la non-dotation de postes engendrée par l’élévation du niveau de décharge des écoles de 2 et 3 classes, qui nous prive de 9 postes sur deux ans. Ces postes seraient bien utiles aujourd’hui, pour combler les besoins découverts depuis le dernier CDEN du 5 juillet, particulièrement sur l’école de Montferrand, de Conilhac, Sigean, Couffoulens

Ainsi, au regard de la situation bloquée des ineat/exeat, des demandes constantes de moyens d’enseignements et de la nécessaire amplification de la brigade de remplacement, il y a fort à parier que la quantité de postes disponibles soit rapidement en pénurie. L’UNSA Education demande qu’une solution excluant le recours aux contractuels et à leur précarisation soit rapidement trouvée pour le bon fonctionnement de notre système éducatif, pour le bien être des élèves et des enseignants.


Seule l’ouverture d’une liste complémentaire est en capacité d’apporter une solution dans le respect des personnels et des élèves.
Aussi, la section académique du SE-Unsa vient d’écrire au Secrétaire Général de l’Académie pour lui demander de doter nos départements de moyens supplémentaires par l’ouverture d’une liste complémentaire issue du CRPE 2016 et nous comptons sur votre appui dans ce sens.

Madame l’Inspectrice d’AcadĂ©mie, l’actualitĂ© nous oblige Ă  rappeler les fondements de notre Ă©cole publique LaĂŻque,  par les lois Ferry et Goblet et par la loi du 9 dĂ©cembre 1905. L’impulsion donnĂ©e Ă  la fin du XIXème siècle visait Ă  ancrer la RĂ©publique dans le cĹ“ur des petits français.


Dans la lettre aux Instituteurs de Jules-Ferry, comme dans le préambule de la loi de refondation du 8 juillet 2013, la transmission des valeurs devance celle des connaissances et compétences. Voici un extrait : « Outre la transmission des connaissances, la Nation fixe comme mission première à l'école de faire partager aux élèves les valeurs de la République. Le service public de l'éducation fait acquérir à tous les élèves le respect de l'égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité. Par son organisation et ses méthodes, comme par la formation des maîtres qui y enseignent, il favorise la coopération entre les élèves. »


Or, depuis les coups de canif dans le pacte scolaire républicain que représentent la loi Debré de 1959 et l’échec d’unification du système éducatif proposé par Alain Savary en 1984, l’Etat finance la concurrence à son propre service public avec l’enseignement privé, créant ainsi des situations d’apartheid scolaire inacceptables.


Aujourd’hui plus que jamais, il faut créer du commun, sortir de l’entre soi, faire corps. C’est l’ambition de l’Ecole publique laïque de la République, de permettre à chaque fille et garçon, tout en s’intégrant à la vie de la Nation, d’accéder à la liberté de conscience et à la responsabilité de soi.


Aujourd’hui, comment justifier un système oĂą les jeunes sont sĂ©parĂ©s les uns des autres, un système qui les empĂŞche de faire l’expĂ©rience de la fraternitĂ© au profit des communautĂ©s confessionnelles et des gens aisĂ©s,  un système qui inflige Ă  la masse des jeunes des milieux populaires les dĂ©gâts sociaux et politiques qu’on sait, au pĂ©ril de la justice sociale


Pour l’UNSA Education, il est temps de se réemparer des préceptes de nos anciens, des idées modernes et émancipatrices, qui nous aideront à créer une société digne de notre temps.

Compte-rendu
 

Carte scolaire de rentrée

L’Inspectrice d’AcadĂ©mie rappelle les « taux pivots Â» d’ouverture dans le dĂ©partement :

  • 28 en Ă©lĂ©mentaire
  • 30 en maternelle
  • 25 en REP

Pour l’UNSA-Ă©ducation, ces taux sont fluctuant : on le voit chaque annĂ©e, ce sont plutĂ´t des indicateurs, qui dĂ©pendent des moyens allouĂ©s Ă  l’Aude.

EN effet, de la dotation en poste découle ,es seuils d’ouverture, mais aussi les postes proposés en 1ère phase du mouvement, les possibilités d’ineat/exeat, etc.

L’Inspectrice d’AcadĂ©mie prĂ©sente son projet de carte scolaire :

  • Ouverture Ă  Montferrand
  • Ouverture Ă  Conilhac
  • Ouverture Ă  Couffoulens
  • Fermeture Ă  Fleury Ă©lĂ©mentaire
  • Fermeture Ă  Marcel-Pagnol (Carcassonne)
  • Fermeture Ă  Sigean maternelle, qui se retrouve avec un effectif de près de 27,5 Ă©lèves par classe après fermeture !

Pour l’UNSA, la carte scolaire fait partie de la vie de l’école, il est normal que les moyens s’adaptent aux effectifs d’élèves. Toutefois, les fermetures de rentrée sont des opérations brutales, qui déstabilisent les équipes et blessent les personnels concernés.

L’UNSA éducation a dû demander une interruption de séance pour reprendre le Règlement Intérieur du CTSD, de manière à ce que les organisations syndicales proposent un autre projet de carte scolaire à l’Inspectrice d’Académie.

Proposition des organisations syndicales :

  • Ouverture Ă  Pennautier maternelle
  • Ouverture Ă  Montferrand
  • Ouverture Ă  Couffoulens
  • Ouverture Ă  Conihac
  • Ouverture Ă  Sigean Ă©lĂ©
  • Ouverture Ă  Vinassan Ă©lĂ© 

Vote unanime POUR

L’Inspectrice d’Académie refuse ce projet et propose un autre projet, incluant l’ouverture de la maternelle de Pennautier.

  • Ouverture Ă  Pennautier mat
  • Ouverture Ă  Conilhac
  • Ouverture Ă  Couffoulens
  • Ouverture Montferrand
  • Fermeture Ă  Sigean mat
  • Fermeture Ă  Fleury Ă©lĂ©
  • Fermeture Ă  Marcel-Pagnol (Carcassonne)
  • Fermeture de 2 TRBD + 1 TRBDFC

Vote : UNSA :  abstention, FSU :  abtention, SNALC/FO : contre

Pour l’UNSA, cette carte scolaire de rentrée est à revoir, notamment pour la maternelle de Sigean où la fermeture est précipitée, et où les effectifs d’élèves sont lourds après cette fermeture.

ENfin, comment ne pas regretter l'oubli du Rectorat concernant les décharges des écoles de 2 et 3 classes. Ce temps (10 jours par an) n'a pas bénéficié de ligne de moyens spécifiques, comme les décharges des écoles de 8 et 9 classes. Résultat : 9 postes en moins pour l'Aude sur 2 ans !

 

L'UNSA demande l'ouverture de la liste complémentaire

 

Selon nos calculs, l'Aude sera en déficit d'enseignants dès la fin du mois d'octobre. L'Inspectrice d'Académie rejoint notre analyse. Ce déficit sera comblé par des TRBD.

Habituellement, les ineats permettent de créer un surnombre, qui va combler "départs d'enseignants" : disponibilités, congés parentaux, décès, démissions etc.

Cette année ce surnombre est très faible, ce qui pourrait rapidement poser des problèmes en terme de remplacement, ou d'annulation de stage du PDF.

Pour l'UNSA, il y a trois solutions pour alimenter alimenter le département à cette période de l'année :

- Accorder des Ineat : problème des académies de région parisienne bloquent leurs exeat.

- Embaucher des contractuels dans le 1er degré : l'UNSA y est opposée

- Ouvrir la liste complémentaire dans l'Académie de Montpellier. C'est la solution que nous préconisons (lire l'article)

 
 
 
 
ALC