SECTION SE-Unsa de l'ARDECHE - 13 RUE FRANCOIS VALLETON - BP 20214 - 07206 AUBENAS CEDEX
Tél. 04 75 35 58 83 - Fax. 04 75 35 58 83 - Por. 06 17 63 66 44 - 07@se-unsa.org

 
Reprise du 2 novembre : le ministère travaille avec les organisations syndicales
Article publié le jeudi 22 octobre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Après l’effroi, il faut construire le retour dans les établissements et les écoles. Une réunion de travail a eu lieu en ce sens, ce jeudi 22 octobre. Nous avions en effet demandé au Premier ministre et au ministre d’être associés à l’élaboration du cadre de la reprise.
 
Plus de 15 jours après l’assassinat de Samuel Paty, équipe pédagogique et élèves se retrouveront. Après l’hommage national, ce lundi 2 novembre doit être avant tout une journée d’hommage à un enseignant de l’École de la République. Entre tentation autoritaire et dérives politiciennes, les organisations syndicales présentes ont réaffirmé d’une voix le besoin de protéger les enseignants, les CPE, les PsyEN déjà émus mais aussi inquiets.
 
Après les premiers échanges, rien n’est définitif mais 3 temps se profilent.
 
Un temps pour les personnels
 
Ce premier temps est indispensable, mais pour être serein, il doit se faire sans la présence des élèves dans les écoles et les établissements, ce qui suppose une organisation en amont.
Son cadrage doit d’organiser directement entre le ministère et les collectivités (reprise des cours décalés, transport scolaire, accueil des élèves…). Il ne doit ni reposer sur les directeurs d’école, ni sur les équipes de vie scolaire et de direction dans les collèges et les lycées.
 
Un temps d’accueil des élèves
 
Le deuxième temps doit être adapté à l’âge et à la maturité des élèves, y compris ceux de maternelle. La proposition d’un document support unique envoyé par le ministère ne paraît pas correspondre à cette attente.
 
Un temps de recueillement collectif
 
Le troisième temps pourrait prendre la forme d’une lecture de texte, écoute de chanson, minute de silence. Mais en aucun cas il ne doit être imposé. Il faut faire confiance aux équipes pour prendre en compte les besoins locaux et l’âge des élèves.
 
L’avis du SE-Unsa
 
Ce moment d’unité autour de l’École de la République, le SE-Unsa veut le réussir, ensemble. Ce n’est pas le point d’arrivée, il doit marquer le point de départ d’un travail au long cours sur le sens de l’École, de la République et de la laïcité. Nous ne voulons pas d’un cadrage trop étroit qui mettrait en difficulté les collègues. Le SE-Unsa sera très attentif à ce qu’aucune pression ne s’ajoute sur une profession déjà éprouvée.
 
Une nouvelle réunion de travail se tiendra pendant la semaine du 27 octobre.

 

 
 
 
 
ALC