SECTION SE-Unsa de l'ARDECHE - 13 RUE FRANCOIS VALLETON - BP 20214 - 07206 AUBENAS CEDEX
Tél. 04 75 35 58 83 - Fax. 04 75 35 58 83 - Por. 06 17 63 66 44 - 07@se-unsa.org

 
Retraites : il est urgent d’attendre
Article publié le vendredi 16 octobre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Pour l’UNSA, la crise sanitaire en cours et ses impacts empêchent d’établir des hypothèses solides à l’horizon 2024. Ce n’est qu’en sortie de crise du COVID qu’il sera possible d’élaborer des prévisions pertinentes. Dès à présent, pour l’UNSA, le HCFIPS (Haut Conseil du Financement de la Protection Sociale) doit s’atteler à repenser le modèle de protection sociale dans une perspective de durabilité.

Le 15 octobre 2020, le Comité d’Orientation des Retraites (COR) s’est réuni pour débattre de la note d’étape demandée le 14 août 2020 par Jean Castex. L’objectif était d’évaluer la situation financière de notre système de retraite. La note du COR s’appuie sur les données disponibles du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) pour 2021 et sur les données des régimes complémentaires à l’horizon 2024.

Que dit cette note d’étape ?

• Sur l’aspect dĂ©mographique : dans l’état actuel des prĂ©visions gouvernementales, le COR constate que la surmortalitĂ© liĂ©e Ă  la crise sanitaire est, Ă  ce jour, de faible portĂ©e sur le système de retraite. Cette donnĂ©e aurait donc un impact quasi nul sur le solde financier du système.

• Sur l’aspect Ă©conomique : L’impact de la crise est plus significatif mais liĂ© Ă  de très fortes incertitudes. En effet, l’annĂ©e 2020, qui n’est pas finie, est marquĂ©e par une baisse très nette de l’activitĂ© avec un recul envisagĂ© de 10 % du PIB, puis un possible rebond de 8 % en 2021. Mais les incertitudes demeurent particulièrement Ă©levĂ©es sur ces donnĂ©es et fragilisent les exercices de prĂ©visions macroĂ©conomiques. A ce jour, les hypothèses des experts ne font pas consensus.

• Sur l’aspect budgĂ©taire : dans ce contexte de crise, selon le COR, il faut s’attendre Ă  un dĂ©ficit supplĂ©mentaire de 4 milliards d’euros en 2024 pour le système de retraites.

Pour l’UNSA, toutes ces hypothèses sont Ă  considĂ©rer avec la plus grande prudence. Personne Ă  ce jour n’est en mesure de connaitre les consĂ©quences rĂ©elles que cette crise sanitaire aura finalement sur l’activitĂ© Ă©conomique ; quelles transformations elle va gĂ©nĂ©rer tant au plan national que mondial ; ni quelles modifications elle va induire sur les comportements. Ce temps de crise sanitaire doit ĂŞtre mis Ă  profit pour rĂ©flĂ©chir, sous l’égide du HCFIPS, Ă  un modèle de protection sociale durable.

 

 
 
 
 
ALC