SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
Carte scolaire RS 2016 : les LP sont Ă  la traine
Article publié le mercredi 16 mars 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Fermetures et ouvertures de postes dans les collèges et lycées des Alpes Maritimes à la rentrée 2016

Dans les collèges et lycées, le comité technique départemental de janvier actait une forte augmentation de la dotation en heures postes pour des raisons différentes selon le type d’établissement.

  • Au lycĂ©e, l’augmentation des dotations de 38 ETP est la consĂ©quence de la progression dĂ©mographique.
  • Au collège, la rĂ©forme du collège implante 12 ETP.
  • Au lycĂ©e professionnel, nous craignions des mesures de carte importantes du fait de la chute sĂ©vère d’heures postes que nous avions dĂ©jĂ  Ă©voquĂ©e en CTA puis en CTSD.

Dans les lycĂ©es professionnels, malgrĂ© une dotation en baisse de 280 heures, soit 15 ETP, le nombre de postes supprimĂ©s est de 14, chiffre partiellement compensĂ© par 9 crĂ©ations, soit globalement 5 postes supprimĂ©s contre 3 l'annĂ©e dernière. Ce chiffre est plutĂ´t une bonne surprise compte-tenu de la chute importante globale d’heures postes cette annĂ©e en LP.

Cette limitation du nombre de fermetures de postes est principalement due Ă  un dialogue social instaurĂ© dans certains LP. La volontĂ© des Ă©quipes a Ă©tĂ© de ventiler au mieux les heures postes au sein des disciplines afin d'Ă©viter des mesures de carte scolaire prĂ©judiciables aux agents. 

Mais ces efforts vont se traduire sur le terrain par des regroupements de sections pour certaines disciplines, principalement en matières générales, mettant à l'épreuve les efforts des équipes pour personnaliser la formation de nos élèves rencontrant souvent de grandes difficultés d'apprentissage…

 

En ce qui concerne les lycées, cette implantation a les effets escomptés en termes de création et de suppression de postes. Les documents préparatoires proposent seulement deux mesures de carte et une création globale de 16 postes.

Pour les collèges, malgré les moyens importants fournis par la réforme, 18 postes ferment globalement. Mais il y a surtout 24 mesures de carte scolaire. Certaines suppressions sont le fruit d’une baisse démographique importante. Mais pour d’autres, des mesures de carte sont proposées alors même que les moyens en heure poste sont stables voire en augmentation. Au total, 17 postes disparaissent en collège.

Réalisons une analyse objective de la première année de la mise en place de la réforme. Les heures postes supplémentaires engendrent de nombreux BMP dans les disciplines comme l’anglais, l’histoire-géographie, les mathématiques et les lettres modernes. Très souvent, il s’agit de la conséquence de la mise en place de dédoublement en AP et c’est une bonne chose. On constate aussi la création de BMP dans les disciplines scientifiques et en technologie du fait des dédoublements qui n’existaient pas auparavant faute d’heures. Les BMP sont importants mais parfois insuffisants pour ouvrir le poste. Une autre partie des heures postes permet de résorber des compléments de service. Cette année, 19 compléments de service dans un autre établissement ou dans une autre discipline disparaissent. Quelques-uns le sont par fermeture du poste mais beaucoup le sont par un gain d’heures poste permettant aux collègues en question de ne travailler que dans leur discipline de recrutement ou dans leur établissement d’origine. Les implantations de postes se font nettement au profit de l’espagnol et des sciences physiques. Les propositions de fermeture en lettres classiques sont en baisse (3 propositions de suppression en collège contre 5 l’an passé).

Dans les Ă©tablissements oĂą les postes de lettres classiques ferment, il reste encore des postes de lettres classiques permettant l’enseignement de cette discipline. Il s’agit lĂ  d’une demande intersyndicale ancienne et approuvĂ©e par le DASEN.  Ceci est peut-ĂŞtre une consĂ©quence de la rĂ©forme qui donne plus d’heures d’autonomie pour une discipline qui requiert dĂ©sormais moins d’heures. Le maintien en est donc  facilitĂ©. Pour autant, les mesures de suppression de postes en lycĂ©e nous rappellent la difficultĂ© de fond qu’éprouve cette discipline depuis quelques annĂ©es : celle de recruter des Ă©lèves.

Reste le gros point noir de la technologie. Dans les deux départements de l’académie, cette discipline subit de nombreuses mesures de carte. Si la réforme engendre une baisse de l’horaire prof dans cette discipline, elle donne aussi la possibilité de dédoubler davantage et de maintenir les besoins. Certains établissements n’ont pas fait ce choix. Dans les établissements où le nombre d’heures poste est constant ou en augmentation par rapport à l’an passé, ces mesures nous apparaissent totalement abusives. Dans d’autres collèges, le choix inverse a été fait. Les moyens donnés à la technologie augmentent fortement. Certains postes pourraient peut-être ouvrir. Trois postes de technologie supprimés étaient déjà en sursis depuis longtemps car en complément de service important ailleurs.

Parmi les mesures de carte scolaire, quelques-unes relevaient du volontariat du collègue.

L’UNSA Ă©ducation a fait des propositions sur certaines implantations supplĂ©mentaires et a alertĂ© le DASEN sur certains abus relatifs aux heures statutaires (par exemple les heures dites de vaisselle en physique et SVT qui Ă©taient prĂ©vues en IMP !).

Nous attendons désormais les arbitrages de Monsieur l’Inspecteur d’Académie. Globalement, 6 postes fermeront à la rentrée.

RĂ©sultat du vote : 9 abstentions (FSU, CGT, UNSA) et 1 pour (SNALC-CSEN)

Pour l’UNSA Education des Alpes-Maritimes,

Elise SALAMA et Olivier GAGNAIRE

 
 
 
 
ALC