SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
CTA 20/05/2014
Article publié le jeudi 22 mai 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

       DĂ©claration de l’UNSA Éducation

                                        CTA du 20 mai 2014

 

Le gouvernement a dĂ©cidĂ© le gel du point d’indice, qui fonde la rĂ©munĂ©ration des agents publics, jusqu’en 2017. Totalement inadmissible pour des salariĂ©s, en l’occurrence ceux de la Fonction publique qui voient le niveau de leur salaire bloquĂ© pendant 7 ans (dernière augmentation en 2010 : +0,5%) ! Le prĂ©tendu effort Ă©quitable se transforme en une triple peine pour les fonctionnaires : traitements bloquĂ©s, prĂ©lèvements augmentĂ©s en plus des efforts demandĂ©s Ă  tous. La mobilisation des agents de la Fonction publique, malgrĂ© un contexte difficile, a Ă©tĂ© significative le 15 mai 2014. Le gouvernement ne peut ignorer leurs demandes, notamment sur la question salariale. Cent dix manifestations organisĂ©es partout en France ont permis aux personnels des trois versants de la Fonction publi­que (État, Territoriale, Hospitalière) d’expri­mer leur volontĂ© de dĂ©fen­dre l’emploi public, mais aussi de sortir du blocage de leurs rĂ©munĂ©rations en vigueur depuis juillet 2010. D’ailleurs mĂŞme un sondage publiĂ© le jour mĂŞme montre que, malgrĂ© un incessant dĂ©nigrement anti-fonctionnaires, un Français sur deux considère comme lĂ©gitime cette mobilisation des fonctionnaires. C’est dire ! La Ministre a rĂ©uni l’intersyndicale le 19 mai La Ministre n'a pas pris d'engagement sur le point d'indice. Cependant le gouvernement n'Ă©tait pas insensible Ă  cette mobilisation, et elle a annoncĂ© une prochaine rĂ©union sur la question du pouvoir d'achat. Une enveloppe pourrait ĂŞtre dĂ©gagĂ©e pour discuter avec les syndicats. L’UNSA reste mobilisĂ©e sur cette question.

 

Concernant la rentrée. Invoquant un problème informatique, le ministère de l’Education nationale a décidé, de manière unilatérale, de reporter la rentrée 2014 des enseignants du 29 août au 1er septembre et par conséquent, celle des élèves du 1er au 2 septembre. Alors que le calendrier scolaire 2014/2015 est déjà arrêté, la question du rattrapage de cette journée se pose désormais.

Deux options s’offrent au ministère :

- Cette journée est scindée en deux demi-journées à récupérer durant l’année scolaire, ce qu’avait justement cherché à éviter le calendrier en fixant la prérentrée au 29 août…Cette solution, expérimentée dans l’année en cours, a montré ses limites. Elle désorganise l’emploi du temps des élèves, de leurs familles et de leurs enseignants.

- Cette journée est reportée en fin d’année. Elle se terminerait alors un lundi, le 6 juillet, date qui cumule les inconvénients et qui avait été initialement exclue par le ministère.

Aucune de ces deux solutions n’apparaît sérieuse. Ce n’est ni aux élèves, ni aux enseignants de faire les frais d’une gestion calamiteuse de ce dossier. Pour l’UNSA, cette journée ne doit donc pas être rattrapée

 

 
 
 
 
ALC