SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
A propos d’un poste spécifique en Italien/Niçois au Lycée de Drap
Article publié le vendredi 22 mars 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

A propos d’un poste spécifique en Italien/Niçois au Lycée de Drap

COMPTE-RENDU DU CTA du 18 Mars 2013

 

 

« INDIGNE â€¦.MALHONNÊTE….IRRESPONSABLE….. Â»

POUR AVOIR DEFENDU LA POSITION DU CA DU LYCEE DE DRAP

 

LA FSU ET LE SNALC S’OPPOSENT A LA DEMANDE

 FORMULEE A L’UNANIMITE PAR UN CONSEIL D‘ADMINISTRATION D’ETABLISSEMENT

 

Le lundi 18 mars, entre autres sujets à l’ordre du jour de l’instance se tenant dans les locaux du Rectorat, la délégation UNSA EDUCATION s’était engagée à soutenir la demande d’ouverture d’un poste spécifique en Italien/Niçois au Lycée de Drap, réclamée unanimement par les équipes pédagogiques et validée par un vote tout aussi unanime en Conseil d’administration. Les enseignants et l’équipe de direction, avec l’assentiment du conseiller en langue régionale auprès du Recteur, avaient jugé essentiel de pérenniser l’action conduite auprès d’une trentaine d’élèves depuis l’ouverture de l’établissement. Une initiative d’autant plus justifiée qu’elle s’inscrit dans le souci de vouloir assurer une continuité pédagogique d’un enseignement déjà délivré dans les écoles et les collèges du bassin. Une opportunité se présentait, pour la rentrée prochaine,  de créer un poste spécifique que l’administration avait acté dans les documents de travail et pour lequel nous avions bon espoir d’aboutir.

 

C’était sans compter sur l’acharnement, le mot n’est pas trop fort, des représentants de la FSU, tout particulièrement de sa composante SNES  qui a violemment rejeté la création de ce poste spécifique en prétendant bruyamment que cela conduirait à limiter dangereusement les possibilités de mouvement pour les postes ouverts en Italien. Le titre de ce compte-rendu témoigne de la nature des propos dont nous avons été affublés dans notre tentative de défendre la position de l’établissement.

 

Si globalement, les effets de la création de postes spécifiques interfèrent fatalement sur le mouvement des enseignants, pour autant, la situation n’est pas nouvelle et suppose à minima, de notre point de vue, une étude au cas par cas de toutes les créations proposées.

 

Dans le cas du lycée de Drap, la démarche s’inscrivait logiquement dans une volonté affirmée de promouvoir les langues régionales dans le cadre du plan de formation académique. Et pour ce faire…de s’en donner les moyens en garantissant la pérennité de l’enseignement du Niçois par la création d’un poste spécifique.

 

Le tir de barrage concernant la création de ce poste est incompréhensible puisque l’organisation qui s’y oppose a signé les pétitions pour l’enseignement du Niçois à Drap, s’est associée par ses élus de terrain à la demande de ce poste en CA, et que le nombre de postes en Italien proposés au mouvement n’a jamais été aussi ouvert depuis plusieurs années (11 postes dans le 06) ce qui était prévisible avec le retour des postes de stagiaires qui ne seront plus placés sur des supports de 18h à la rentrée.

 

Chacun pourra, à cette occasion, juger de la cohérence qui a prévalu entre les représentants élus du SNES siégeant en commission et leurs représentants dans les CA d’établissements. Des intentions plus obscures seraient-elles à l’œuvre dans la stratégie syndicale des dirigeants du SNES ?  L’avenir le dira peut-être…

 

ALORS ?

 

Qui est indigne d’être élu quand on ne relaye pas les vÅ“ux formulés par les collègues du terrain ?

Qui est malhonnête lorsque l’on vend une opposition à l’intérêt général l’année où elle se justifie le moins ? Pourquoi avoir été aussi peu véhément les années précédentes alors que les possibilités de mouvement étaient encore plus restreintes ?

Qui est irresponsable lorsque l’on maintient la fragilité d’un enseignement alors même que l’on prétend le défendre dans ses mandats syndicaux ?

 

En ce qui concerne l’UNSA EDUCATION et le SE UNSA en particulier, nous avons choisi la cohérence : nous nous sommes engagés à soutenir la demande de nos collègues de Drap et nous l’avons fait jusqu’au bout, des plus petites aux plus grandes instances décisionnelles.

 

Au-delà des convictions de chacun, posons-nous une question sur les méthodes employées : que voulons-nous pour la défense de nos intérêts professionnels ?

Un syndicat qui dicte sa loi ou des syndicats qui se chargent de la faire respecter dans la transparence et l’équité ?

 

A l’UNSA EDUCATION, nous avons fait un choix : celui de ne pas perdre notre âme…

 

 

 

La délégation UNSA EDUCATION

 

 

 


   CR CTA   
(81.4 ko)
 
 
 
 
ALC