SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
Rythmes scolaires : le position du SE-UNSA
Article publié le jeudi 14 février 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Cette réforme des rythmes focalise toutes les crispations accumulées au cours des dernières années. Les enseignants sont montrés du doigt, alors que leurs conditions de travail n’ont cessé de se dégrader.

C’est avec beaucoup d’espoir qu’ils ont vu arriver un nouveau gouvernement dont le programme affichait la volonté de rupture avec les années précédentes. Or, par des tergiversations, des maladresses, le gouvernement actuel n’a pas su communiquer sur sa réelle volonté de changement dans le sens de l’intérêt des élèves.

Les questions sur le bien fondé du décret:

Beaucoup d’enseignants ne voient dans la réforme des rythmes aucun changement positif. Effectivement la journée de l’enfant sera toujours identique, des journées qui pour certains d’entre eux commencent à 7H30 à l'école pour ne se terminer que le soir après 18H.

Pour autant, nous enseignants ne sommes responsables que de la journĂ©e scolaire. Et au SE UNSA, nous disons qu’une journĂ©e d’enseignement raccourcie Ă  5h15 ou 5H30 maximum, (en fonction de l’organisation retenue dans les Ă©coles, contre 6h Ă  l’heure actuelle) est un plus qui va dans l’intĂ©rĂŞt des Ă©lèves. Il convient c’est vrai de se questionner sur la journĂ©e trop longue de l’enfant, mais cette question, nous pouvons nous la poser aujourd'hui sans mĂŞme parler de la rĂ©forme des rythmes. Et cela relève de la responsabilitĂ© de la sociĂ©tĂ© toute entière (parents, municipalitĂ©s, employeurs etc…) Si la possibilitĂ© est offerte aux parents comme aux enseignants de trouver des solutions,  saisissons  nous  de cette opportunitĂ© pour un changement positif.

Au SE UNSA, nous savons prendre tout ce qui peut améliorer la qualité de l’école, nous savons dire oui aux propositions qui vont dans le bon sens.

Que la réforme des rythmes ne solutionne pas toutes les problématiques, nous en sommes conscients et nous continuerons à nous battre comme nous l’avons toujours fait pour que l’on réfléchisse aux questions scolaires sans occulter les activités périscolaires et les autres temps de la journée de l’enfant.

Les questions sur les conditions de travail des enseignants:

Nous nous préoccupons bien évidemment de l’intérêt des enseignants malmenés par de plus en plus de demandes de tout poil, dont les finalités ne sont pas toujours bien perçues par la majorité des collègues.

Oui, dans cette rĂ©forme tout n’est pas parfait loin de lĂ . Il faudra que les municipalitĂ©s et l’administration entendent les enseignants sur l’amĂ©nagement du temps pĂ©riscolaire. Mais le texte laisse une latitude aux Maires afin que les amĂ©nagements de la journĂ©e soient  profitables aux enfants. Gageons qu’ils auront Ă  cĹ“ur de vouloir satisfaire les parents, leurs administrĂ©s afin que le pĂ©riscolaire ne se transforme pas en simple garderie.

En tout cas, nous disons que les enseignants dans leurs écoles sont les mieux à même, avec les parents d’élèves, de réfléchir et proposer des solutions d’aménagement qui soient favorables aux élèves mais aussi aux enseignants. Chaque école devra avoir l’organisation qui lui convient. Chaque école devra faire des propositions en conseil d'école, avec concertation des parents et des enseignants pour trouver la meilleure organisation pour tous.

Le décret laisse une plus grande liberté pour organiser le travail des enseignants hors temps avec les élèves, ce qui représente la face cachée et méconnue de la profession. Le SE-UNSA souhaite que les collègues s’emparent de l’opportunité qui leur est offerte pour améliorer et réinventer le rythme des enseignants. Nous incitons donc chaque équipe à réfléchir à la meilleure façon de conjuguer rythme de l’enfant et rythme de l’enseignant.

Le travail syndical local prendra dans un second temps toute sa place dans cette réflexion. Et au SE UNSA nous serons attentifs à ce que cette réforme s'accompagne d'une véritable réflexion sur l'amélioration des conditions de travail, et des élèves, et des enseignants. Le changement doit se faire dans une optique de qualité d'accueil des enfants et de qualité d'enseignement.

Nous avons obtenu 48 heures de concertation laissée à l'appréciation des équipes pédagogiques pour organiser leurs réunions (maîtres, cycles, relations parents...)

Nous réclamons toujours une indemnité, à l'instar des enseignants du second degré, indemnité de suivi et d'orientation des élèves, qui permettrait une compensation pour les déplacements occasionnés par la demi-journée de travail supplémentaire (400€ doivent être attribués aux enseignants l’an prochain).

La remise à plat du rôle et des missions des directions doit faire partie des prochaines discussions avec le ministère.

Nous serons également attentifs à la réflexion qui doit s'ouvrir sur les programmes aujourd'hui par trop pléthoriques.

Au SE UNSA, nous continuerons à œuvrer pour que le gouvernement tienne ses engagements pour une véritable refondation et que la priorité pour l'école primaire soit l’objectif essentiel.

 
 
 
 
ALC