SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
CAPA DES PLP DU 21 décembre 2012
Article publié le samedi 22 décembre 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

Section académique de Nice

 

DECLARATION du SE-Unsa

CAPA DES PLP DU 21 décembre 2012

Le ministre a ouvert en octobre dernier un nouveau volet de la Refondation, celui du dialogue avec les organisations syndicales et des propositions concrètes qui seront inscrites dans la loi ou dans des textes réglementaires complémentaires. Malheureusement un glissement s’est opéré dernièrement lorsque le ministre apprend à la presse les dotations (ou retraits) de postes par Académie pour la prochaine rentrée scolaire. Les organisations syndicales représentatives n'ont pas été consultées ni été destinataires de documents préparatoires. Nous attendons les retombées du dernier conseil technique ministériel qui vient d’avoir lieu.

 

            Concernant la voie professionnelle, bien que ces discussions ne donneront lieu qu’à des amĂ©nagements qui ne seront pas prĂ©sents dans la loi d’orientation, les propositions du ministre, visent semble-t-il des objectifs prometteurs. Il reste Ă  voir leur concrĂ©tisation et quoi qu’il en soit, le SE-Unsa sera vigilant, aussi bien sur le plan des conditions de travail des personnels, que sur la rĂ©ussite de tous les Ă©lèves. 

Le SE-Unsa est attaché à la promotion de la voie professionnelle. C’est pourquoi, il n’avait pas validé, au terme du processus de négociation auquel il avait participé, le protocole du Bac pro 3ans. Cette réforme ne créait pas les conditions de la réussite de tous et portait en germe des suppressions de postes massives.

Par la standardisation des cursus, sans les moyens complémentaires suffisants pour répondre aux besoins de chaque élève, elle n’a pas conduit à une meilleure réussite des publics actuellement scolarisés. Là où il aurait fallu de la souplesse (parcours en 3 ou 4 ans selon les besoins des élèves et selon les exigences des spécialités), elle a imposé un parcours unique au détriment des élèves les plus fragiles, sans offrir de véritables moyens pour une prise en charge individualisée. Ce n’était, ni plus, ni moins qu’une réponse technocratique aux objectifs largement comptables.

C’est dans ce contexte que le SE-Unsa appelle Ă  un « nouvel Ă©lan Â» pour la voie professionnelle.

Il ne s’agit pas de revenir sur le bac pro 3 ans là où il est pertinent au niveau des filières et de son recrutement, mais sur sa généralisation aveugle et dogmatique. Ainsi, le seul parcours en 4 ans existant via un CAP manque de cohérence. Le SE-Unsa demande le retour d’un véritables cursus en 4 ans, maintenant un BEP ou un CAP en 1 an accessible après la seconde Bac Pro.

Quant au concept de « diplôme intermédiaire », imposé par le ministère, cela tend à alourdir l’organisation pédagogique et de plus la reconnaissance par les branches professionnelles n’est pas effective. Le SE-Unsa demande donc une remise à plat des modalités de certification avec une meilleure cohérence avec le Bac.

Enfin, il faudra revenir sur les grilles horaires élèves tri annualisée qui ont engendrées des dotations horaires rectorales obscures et des répartitions subjectives dans des établissements.

 

            Nous souhaitons par ailleurs que, dans le cadre de la Loi d’Orientation, les modalitĂ©s d’élaboration de la carte des formations et de sa mise en Ĺ“uvre soient clarifiĂ©es, de manière Ă  Ă©viter les situations de blocage ou le renvoi des responsabilitĂ©s entre l’État et la RĂ©gion. Il rappelle qu’un Ă©ventuel approfondissement de la dĂ©centralisation Ă©ducative ne saurait remettre en cause les rĂ©fĂ©rentiels et diplĂ´mes nationaux ou conduire Ă  une nouvelle dĂ©centralisation des personnels.

Concernant l’ordre du jour.

Nous rappelons qu’à l'occasion de cette CAPA d'avancement d'échelon, le SE-UNSA se félicite de l'abrogation du décret "évaluation des enseignants" qui avait été pris par le précédent gouvernement une semaine avant les élections présidentielles. Pour autant le dispositif d'évaluation actuel n'est pas satisfaisant. Il doit mieux prendre en compte l'évolution des pratiques pédagogiques comme le travail en équipe par exemple. Le SE-UNSA plaide pour repenser l'évaluation dans le sens d'une évaluation réellement formative.

         La baisse du pouvoir d'achat se poursuit inexorablement sous le double effet du gel de la valeur du point d'indice depuis 2010 et de l'augmentation des cotisations retraite. Dans ce contexte, le passage Ă  l'Ă©chelon supĂ©rieur qui sert d'augmentation de salaire devient l'unique façon de faire progresser notre pouvoir d'achat.

Dès lors il devient primordial que les règles qui président aux promotions d'échelon soient les plus équitables possibles.

La fréquence des inspections dans un parcours professionnel, notamment au niveau de l’avancement est fondamentale. Cette année encore, nous notons un effort du corps d’inspection.

On peut Ă©galement constater, malgrĂ© cela, qu’une partie  des collègues promouvables ont une date d’inspection de plus de 5 ans. C’est pourquoi nous demandons Ă  nouveau une actualisation temporaire de la note pĂ©dagogique en cas de non inspection dans l’échelon en cours.

Nous souhaitons profiter de cette première CAPA de l’année scolaire pour remercier l’ensemble de la DPE pour sa disponibilité et son écoute. D’autant que les documents nous ont été transmis dans un délai tout à fait confortable.

 
 
 
 
ALC