SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
CSE du 11/04/12
Article publié le lundi 16 avril 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

CSE du 11 avril 2012

 

-    prĂ©paration de la rentrĂ©e 2012 au cĹ“ur des dĂ©clarations : le DGESCO perd ses nerfs !

  • sanctions des fraudeurs au bac : rejet massif du CSE
  • cahier des charges de la formation des enseignants : rejet unanime du CSE

 

Les dĂ©clarations liminaires :

Voir pièce jointe pour le SE-Unsa : notre dĂ©claration, très offensive, a soulignĂ© le caractère de communication politique de la circulaire, dĂ©connectĂ©e de la rĂ©alitĂ© et le caractère rĂ©gressif de la politique menĂ©e depuis 5 ans.

Le DGESCO a fait le procès des « corps intermĂ©diaires Â» qui ne seraient pas reprĂ©sentatifs et nous a accusĂ©s de mentir. Notre rĂ©ponse a Ă©tĂ© cinglante et l’a laissĂ© coi !

 

Textes :

Projet de texte relatif Ă  la procĂ©dure disciplinaire applicable aux candidats au baccalaurĂ©at (fraude au bac) :

Le projet ministériel crée des commissions administratives pour juger les candidats prévenus de fraude en lieu et place des sections disciplinaires des universités. Ces dernières sont jugées trop laxistes et trop lentes.

Après avoir poursuivi une stratégie de recherche d’accord avec les organisations représentatives des usagers, le ministère a finalement opté pour une position raide et a rejeté les amendements proposés par la FCPE, l’UNL et l’UNEF qui cherchaient à créer la parité et à assurer une voie de recours interne

 

Vote : Pour  5 (SNPDEN, SNALC)  Contre : 42 (dont SE-Unsa) Abstention : 0  Refus de vote : 2 (Unsa-Education, Sup Recherche)

   

 

Cahier des charges  formation des professeurs

Le texte a pour objet la sĂ©curisation de la situation des stagiaires, suite Ă  la dĂ©cision du Conseil d’Etat. En 2011, le Conseil d'Etat a annulĂ© les textes sur la formation des enseignants.

 Pour la DGESCO, le texte prĂ©sente une synthèse des textes en vigueur, il est simple et ouvert sur l’avenir .Si le texte n’est pas publiĂ©, il y a retour aux dispositions de 2006, ce qui budgĂ©tairement serait intenable.

Le projet d'arrêté maintient le calendrier du concours qui voit se chevaucher la préparation du Master 2, celle du concours avec des stages en école. Il n'apporte pas de réponse réelle à la formation professionnelle des enseignants. Il n'en donne pas plus à l'encombrement de l'année de M2. Enfin il n'allège pas non plus l'année de stage. Durant cette année, le jeune maître doit faire cours et en même temps suivre une formation. Sur aucun point le ministère n'a tenu compte des avis des experts dans la rédaction de cet arrêté.

A noter que le SNES a contestĂ© la pertinence de stages professionnels obligatoires en M1 ou M2 et la rĂ©fĂ©rence au socle commun : « la formation de professeurs du socle commun est inacceptable Â».

 

 Le texte a  Ă©tĂ© rejetĂ© Ă  l'unanimitĂ© par les membres du CSE. A l'issue du CSE, la FCPE, CGT Ă©ducation, UNL, Sud Ă©ducation, CFE-CGC, SGEN-CFDT, FEP- CFDT, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNUIPP-FSU, SE-Unsa, SNPDEN-Unsa, Unsa-Education ont signĂ© une dĂ©claration commune oĂą ils "appellent les ministres de l’Education nationale et de l’Enseignement supĂ©rieur et de la Recherche Ă  ne pas publier cet arrĂŞtĂ© et Ă  respecter les avis du CSE et du CNESER".

 

PrĂ©sentation   pour avis du rapport «  Les effets de la dĂ©centralisation sur le fonctionnement du système Ă©ducatif Â». (Etat des lieux et Ă©lĂ©ments d’analyse –PĂ©riode 2005-2010)

Rapport qui doit ĂŞtre soumis au parlement.

 

*Le projet a été soumis au Conseil territorial de l’Education Nationale (CTEN) composé des collectivités territoriales et du MEN. Les organisations syndicales représentatives y sont invitées mais ne votent pas.

 

Toutes les organisations protestent quant Ă  l’envoi dĂ©matĂ©rialisĂ©, tardif du dit rapport (570 pages)  3 jours avant le CSE. En consĂ©quence, refus de vote compte tenu des conditions de l’examen du texte.

L’Unsa Education s’est exprimĂ©e, car en sa qualitĂ© d’invitĂ© au CTEN ,le 27 mars dernier elle avait pris connaissance du rapport (ce qui Ă©tait Ă©galement le cas de la FSU, qui a prĂ©tendu l’avoir reçu au dernier moment !). La plupart des remarques qui avaient Ă©tĂ© faites au CTEN ont fait l’objet d’amendement du texte par l’administration avant le CSE. Nous avons insistĂ© sur notre refus des PPP et des GIP (voir pièce jointe)

En solidarité avec les organisations qui n’avaient pas pu prendre connaissance du rapport, nous avons refusé de voter.

L’ARF a rĂ©affirmĂ© son attachement au service public de la restauration.

Elle précise que les Régions ont mené auprès des personnels TOS une véritable politique de santé et permis a beaucoup d’accéder à la formation, 2 domaines négligés par l’Etat. Les investissements dans les lycées ont été multipliés par 20 de 1986 à 2008.En 2010, c’est près de 5,3 milliards d’euros.

Mais l’Etat n’assure pas ses responsabilitĂ©s au sujet des TIC ; Force est de constater un dĂ©sengagement quant au transfert de charges et une absence de respect des prĂ©rogatives des rĂ©gions par les Recteurs (carte des formations)

 

Vote : Refus de vote : 30    Abstention 3 (CGT)          

 


 
 
 
 
ALC