SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
Déclaration de l’UNSA Education des Alpes- Maritimes au CTSD du 25 janvier 2012
Article publié le vendredi 3 février 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Déclaration de l’UNSA Education des Alpes- Maritimes

au CTSD 2nd degré du 25 janvier 2012

            L’UNSA Education des Alpes-Maritimes informe les membres du CTSD de son mĂ©contentement concernant le contexte dans lequel se tient ce comitĂ©. Elle souhaite aussi rĂ©agir sur la question essentielle Ă  l’ordre du jour, Ă  savoir la dotation globale horaire octroyĂ©e aux Ă©tablissements scolaires de notre dĂ©partement.

            L’UNSA Education s’interroge quant Ă  la pertinence de la date choisie pour la tenue du premier CTSD. En effet, la circulaire d’application du dĂ©cret du 15 fĂ©vrier 2011 relative aux attributions et au fonctionnement des comitĂ©s techniques est en cours de nĂ©gociation. Pour l’UNSA Education, la tenue d’un CTSD ne peut se faire sereinement sans qu’un texte n’en prĂ©cise son fonctionnement dĂ©taillĂ©. Par souci de crĂ©dibilitĂ©, de cohĂ©rence rĂ©glementaire et dans l’intĂ©rĂŞt du bon dĂ©roulement du dialogue social, notre fĂ©dĂ©ration insiste sur le fait qu’une instance nouvelle aussi importante ne doit pas s’installer dans la prĂ©cipitation.

            Sur la question centrale de l’ordre du jour, l’UNSA Education ne peut qu’exprimer sa colère et sa lassitude Ă  constater une nouvelle fois la faiblesse du volume de la DHG accordĂ© aux Ă©tablissements des Alpes-Maritimes. Notre fĂ©dĂ©ration estime que l’autonomie laissĂ©e aux Ă©tablissements scolaires du second degrĂ© ne leur permet pas d’accomplir leur mission d’enseignement de façon juste et efficace. Le faible volume des heures postes est une nouvelle fois la suite logique d’une politique de suppression des postes dĂ©noncĂ©e par les organisations syndicales. La grande part laissĂ©e aux heures supplĂ©mentaires et l’appel rĂ©gulier aux contrats prĂ©caires montrent pourtant que des besoins incompressibles demeurent.

Comment peut-on encore croire qu’il est possible d’enseigner une langue vivante dans une classe Ă  effectif complet ? Comment peut-on prĂ©tendre transmettre une langue en ne laissant que moins de deux minutes d’expression orale Ă  chaque Ă©lève pendant un cours ? Notre dĂ©partement est pourtant frontalier et se situe dans une acadĂ©mie oĂą l’enseignement des langues fait partie du quatrième dĂ©fi du projet acadĂ©mique.

Comment peut-on imaginer dĂ©velopper l’autonomie et la pratique des sciences expĂ©rimentales dans une classe Ă  effectif entier ? Alors que les circulaires officielles prĂ©conisent l’enseignement des sciences en effectif rĂ©duit, alors que la promotion des sciences est un enjeu majeur de l’Education, peut-on manier les scalpels ou les produits chimiques sans danger avec 28 collègiens ? LĂ  aussi, notre dĂ©partement possède pourtant des atouts Ă  l’image de son enseignement scientifique universitaire de qualitĂ© relayĂ© par le pĂ´le de recherche scientifique et industriel de Sophia-Antipolis reconnu. Combien d’opportunitĂ©s gâchĂ©es !

Et il ne s’agit là que d'exemples frappants ! Pour l’UNSA Education, les dédoublements de classe ne doivent pas être considérés comme un luxe mais comme une nécessité dont tous nos élèves du département doivent bénéficier. Seule une augmentation des moyens en heures poste peut répondre de façon pérenne et appropriée aux besoins éducatifs de nos élèves.

Pour l’UNSA Education, les heures supplĂ©mentaires sont synonyme de surcharge de travail et  mettent en pĂ©ril la qualitĂ© de l'enseignement ainsi que la bonne conduite des projets pĂ©dagogiques.

            L’autonomie horaire est presque inexistante puisque elle n’atteint mĂŞme pas les 3% de la DHG disponible offerte aux Alpes Maritimes. Cette autonomie reprĂ©sentait pourtant une garantie concrète de concevoir des enseignements innovants, diversifiĂ©s et avec des effectifs d’élèves appropriĂ©s Ă  la rĂ©ussite de tous. Si la politique de suppression des postes est affichĂ©e, la politique d’Education n’est pas assumĂ©e. En rĂ©ponse Ă  la volontĂ© de mettre tous les Ă©lèves au niveau des horaires plancher sans capacitĂ© d’autonomie rĂ©elle, l’UNSA Education conclura sur cette citation : « Donner le maximum Ă  chacun au lieu de se contenter de donner le minimum Ă  tous. VoilĂ  comment je souhaite que nous prenions dĂ©sormais le problème de l’éducation et particulièrement celui de l’école». Cette citation est extraite de la lettre aux Ă©ducateurs Ă©crite par Monsieur le PrĂ©sident de la RĂ©publique en 2007.

 
 
 
 
ALC