SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
CTA du 19/01/12
Article publié le vendredi 20 janvier 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

                                              CTA du 19 janvier 2012                                

Pour l’UNSA Education, cette carte scolaire est inacceptable. Le système éducatif est au bord de l’implosion. Les enseignants et l’ensemble des personnels n’en peuvent plus.

Nous dĂ©nonçons une nouvelle fois cette politique du chiffre. L’Etat mène une politique mortifère pour l’avenir de nos enfants et de l'Ă©cole en gĂ©nĂ©ral.

Cette politique se fait  au dĂ©triment d'un service public d’éducation performant et de qualitĂ© que nous nous devons  d’offrir aux Ă©lèves et aux parents de notre rĂ©gion.

« Le gouvernement persiste : L’AssemblĂ©e Nationale a votĂ© le PLF 2012, malgrĂ© le refus du SĂ©nat. Il y aura donc 14 280 suppressions de postes Ă  l’Education Nationale

Dans le premier degrĂ© :

La suppression de 143 postes de PE et d’assistants Ă©trangers dans notre acadĂ©mie va se traduire par un recul :

  • de la scolarisation en maternelle,
  • de la scolarisation dans de bonnes conditions des Ă©lèves en gĂ©nĂ©ral  et des Ă©lèves  en situation de handicap en particulier,
  • des aides apportĂ©es aux Ă©lèves en difficultĂ©,
  • des moyens de remplacement.

L’inquiétude est vive à tous les niveaux d’enseignement.

61 postes de PE supprimés dans le 06 et 57 dans le 83, c’est une saignée sans précédent. Ce sont les RASED qui, à l’évidence, vont payer le plus lourd tribu à cette dotation calamiteuse de – 143 postes.

Que reste-t-il aujourd'hui  de l'annonce fracassante de « sanctuarisation Â» de l'Ă©cole primaire, faite par le PrĂ©sident de la RĂ©publique le 21 Juin dernier Ă  La Canourgue, en Lozère ? Il ne devait pas y avoir plus de fermetures nettes de classes que d'ouvertures, partout oĂą la dĂ©mographie scolaire serait stable.  Or cette dĂ©mographie sera stable dans notre acadĂ©mie, pour le 1er degrĂ© !

Comment allez vous pouvoir, Madame le Recteur, honorer l'engagement du PrĂ©sident de la RĂ©publique avec une dotation aussi calamiteuse ?

La politique du non  remplacement d’1 fonctionnaire sur 2 partant Ă  la retraite,  appliquĂ©e de manière aveugle Ă  l’école,  confine dĂ©sormais Ă  l’absurde, elle obère tout le travail qualitatif qui contribue au bon fonctionnement de l’école et Ă  l’aide aux Ă©lèves les plus en difficultĂ©, au mĂŞme moment oĂą le PrĂ©sident de la RĂ©publique insiste sur la « personnalisation Â» des parcours scolaires.

Faire mieux avec toujours moins, il y a un moment où ce n’est tout simplement plus possible…

Concernant l’aide administrative aux directeurs d’école, la dernière enveloppe de 10 000 contrats uniques d’insertion, rendue publique lors du CT MinistĂ©riel du 4 janvier,  accorde 288 CUI supplĂ©mentaires Ă  l’AcadĂ©mie de Nice, mais exclusivement pour le 2nd degrĂ© …

 Elle oublie totalement les directeurs d’école. Pour nous, c’est très grave, nos collègues directeurs sont exaspĂ©rĂ©s par la charge de travail administratif qui pèse sur eux et qu’ils ne sont plus en capacitĂ© d’assurer sans secrĂ©tariat.

Imaginerait-on aujourd’hui un collège, mĂŞme de petite taille, sans un seul poste administratif ? Sans secrĂ©tariat ? C’est pourtant ce que vivent aujourd’hui nombre de directeurs,  pour l’immense majoritĂ© d’entre eux chargĂ©s de classe !

Dans le second degrĂ© :

La suppression de 113 postes est annoncée

  •  5550 emplois sont supprimĂ©s nationalement. La poussĂ©e dĂ©mographique, continue depuis trois ans en collège, va se poursuivre avec plus de 29 000 Ă©lèves supplĂ©mentaires attendus, localement si la courbe d’effectif dĂ©croit dans les Alpes-Maritimes, elle tend Ă  se stabiliser dans le Var si nous observons les chiffres que l’on nous donne aujourd’hui.

Les LEGT devraient voir leurs effectifs augmenter de 12 000 élèves nationalement, pour moitié en pré-bac, pour moitié en STS et CPGE, cela se confirme dans notre académie.

Conséquence de la réforme du bac pro en trois ans, les LP devraient connaître une baisse de près de 39 000 élèves, notre académie a déjà l’an dernier subie cet effet, espérons que les calculs de l’administration au niveau des dgh ne creusent pas encore un peu plus le déficit d’encadrement dans les LP. On peut rêver.

Que peut-on attendre des principales pistes « de gain de productivitĂ© Â» Ă©voquĂ©es.

  •  Augmentation des effectifs par classe des collèges hors Ă©ducation prioritaire,
  •  diminution des moyens de remplacement et des dĂ©charges non statutaires,
  •  rĂ©organisation de l’offre de formation en lycĂ©e

Pour le secteur administratif :

, dont 400 postes de personnels administratifs.

Ces suppressions s’ajoutent Ă  celles subies depuis 2004. Sur la pĂ©riode « 2004-2012 Â», les gouvernements successifs auront dont supprimĂ© 5796 postes administratifs, soit 11,6% des emplois. Il s’agit d’un vrai plan social ! La cure d’amaigrissement se transforme en acharnement thĂ©rapeutique. On voudrait affaiblir durablement la qualitĂ© du service public d’éducation, on ne s’y prendrait pas autrement.

La « RĂ©gression GĂ©nĂ©rale des Politiques Publiques (RGPP) appliquĂ©e par le gouvernement se traduit par :

- Un recul du service public,

- La dégradation des conditions de travail.

Du fait des suppressions d’emplois cumulées, la charge de travail de chaque agent s’alourdit. On ne compte plus le nombre d’heures supplémentaires, non compensées, non payées.

L’attachement et la contribution essentielle des personnels administratifs à la qualité du service public d’éducation sont régulièrement salués par les autorités. Ils ne résisteront pas longtemps à la conjonction de conditions de travail dégradés et à l’absence de reconnaissance professionnelle et financière.

L’Ecole Publique est volontairement affaiblie

Les personnels sont volontairement déstabilisés

Il faut que ça change :

 Les personnels de l’éducation ne porteront pas la responsabilitĂ© de la casse du système Ă©ducatif.  C’est au Ministre et  au PrĂ©sident de la RĂ©publique de rendre des comptes Ă  la nation. L’école n’est plus qu’un gisement d’économies. 

L’Unsa-Education condamne vigoureusement cet amoindrissement du service public d’éducation et appelle tous les personnels à se mobiliser sur le terrain pour faire obstacle à cette politique destructrice.

   UNSA EDUCATION   AcadĂ©mie de  NICE

 
 
 
 
ALC