SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
GTA CAPA-SH/2CA-SH du 20/06/11
Article publié le jeudi 23 juin 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Groupe de travail académique
Organisation de la formation CAPA SH & 2CA SH
A l’initiative de Dominique Quinchon, coordonnateur Académique ASH, un groupe de travail s’est tenu le 20 Juin 2011 au collège Villeneuve de Fréjus. Une délégation du SE-UNSA participa, comme à l’accoutumé, aux échanges habituels qui portent depuis déjà quelques années sur les modalités de mise en œuvres des formations spécialisées et les conditions de validation et d’obtention du diplôme.
Les éléments qui nous furent communiqués, à propos de la cuvée 2011, sont plutôt de nature encourageante en terme de résultats puisque sur les 70 candidats toute option confondu, 51 obtiennent la validation. Un pourcentage en augmentation si on le compare à l’année précédente (73% contre 68%).
Une analyse plus fine a mis en évidence la plus grande difficulté pour les candidatures libres, de se situer dans les mêmes proportions de réussite. Difficile en effet de conjuguer dans le même temps les obligations professionnelles ordinaires et les temps nécessaires de formation et d’élaboration du mémoire à soutenir en fin de parcours. Ce fut l’occasion, pour tenter d’y remédier, d’acter ou plutôt de rappeler le principe d’une aide pouvant être sollicitée auprès des conseillers et IEN de circonscription et la participation aux 4 demi-journées de formation inscrites au PAF. Ce qui va, de notre point de vue, dans le bon sens. Une circulaire de rappel serait, à cette fin, la bienvenue.
Les échanges portèrent, pour au moins la troisième année consécutive….et à l’initiative d’une organisation syndicale majoritaire….comme elle se plait fréquemment à nous le rappeler….sur l’incommensurable difficulté à rendre les mémoires dans les délais impartis.
Pour notre part et comme nous avions déjà eu l’occasion de l’exprimer…trois fois au moins, nous ne sommes pas convaincus qu’un délai supplémentaire de 15 jours ou 3 semaines soit de nature à occulter le stress inhérent à ce type de situation. Pour peu que l’on rappelle, ce que fit Dominique Quinchon, que les candidats sont essentiellement évalués sur la prestation orale lors de la soutenance du mémoire qui n’est qu’un support, la pratique professionnelle faisant l’objet d’un autre temps d’évaluation.
Ce qui nous paraît beaucoup plus pertinent, c’est la possibilité pour chaque candidat et tout particulièrement ceux qui sont ajournés d’avoir un accès au rapport de jury et éventuellement un échange oral sur les critères, les observations retenues. Principe qui fut également rappelé par Dominique Quinchon. Permettre aux candidats de réorienter leur réflexion à l’occasion d’une nouvelle session…et qui généralement s’avère être la bonne….dans la plupart des cas.
Toutes les hypothèses de travail feront l’objet d’un examen attentif de la part du Coordonateur Académique…tout en sachant que l’exercice est très contraint par la disparité géographique des centres de formation…et que la nécessité d’une règle commune au plus grand nombre s’impose assez naturellement….Ce dont nous convenons pour notre part.
P.GOUDIGUEN
C.JUAN
 
 
 
 
ALC