SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
CSE du 09/06/2011
Article publié le mardi 14 juin 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Conseil Supérieur de l’Education séance du 9 juin 2011
 
Cette séance du CSE était principalement consacrée aux nouveaux programmes des classes terminales de la voie générale. Le Syndicat s’est positionné sur chaque programme en fonction de son adéquation avec les objectifs de la réforme.
 
Le CSE, comme d’habitude s’est ouvert sur une longue série de longues déclarations liminaires. Elles ont pour la plupart tourné autour du thème de la destruction du service public d’éducation et des suppressions d’emplois. L’avenir de l’éducation prioritaire et le débat sur les programmes de SVT de première et la notion de « genre » ont complété le panorama.
 
Le SE-Unsa a fait une très courte déclaration centrée sur la réforme du lycée.
« La séance du CSE sera consacrée en grande partie aux programmes de terminale, dernière étape de la rénovation des contenus de formation des séries générales ; le SE-unsa se positionnera sur les projets en fonction de leur adéquation avec les objectifs poursuivis par la réforme, réforme qu’il a approuvés et qu’il continue à soutenir. Les changements demandés aux enseignants sont importants sur plusieurs plans : pédagogiques, organisationnels. Leur charge de travail s’alourdit ainsi que leurs responsabilités en matière d’élaboration de dispositifs pédagogiques. Pour qu’ils puissent s’investir et que les élèves bénéficient de cet investissement, il faut rétablir une confiance minimale entre les enseignants et leur encadrement. La confiance n’est pas actuellement au rendez-vous. Il tient au gouvernement de faire les choix pour la rétablir. Notre syndicat saura peser dans d’autres lieux pour que ces choix soient au service de la réussite de tous les jeunes. »
 
Les organisations syndicales se sont positionnées différemment sur les programmes. Les syndicats de la FSU ont systématiquement voté contre tous les programmes, même ceux qu’ils jugeaient intéressants, au nom de leur opposition à la réforme. Les autres syndicats ont voté en fonction de leur appréciation de chaque programme.
Globalement, il faut noter l’important travail en amont mené avec les groupes d’experts. Ceux-ci ont très largement tenu compte des remontées des consultations et des échanges avec les organisations syndicales. C’est en particulier le cas pour l’histoire-géographie et les SES, deux disciplines toujours très sensibles !
 
- Histoire-géographie en ES et L : pour 27 (UNSA, SGEN, SNALC), contre 19 (FSU)
- Histoire-géographie, enseignement facultatif en S : pour 13 (UNSA, SNALC), contre 24 (SGEN, FSU), abstentions 9. Les votes contre ne sont pas sur les contenus mais sur le caractère facultatif de l’enseignement en S.
- SES (spécifique, spécialités) pour 10 (UNSA), contre 16 (FSU), abstention 4 (SGEN). Nous avons travaillé avec le groupe d’experts qui a intégré toutes nos demandes de rééquilibrage et d’allègements. Le SGEN s’est abstenu car il avait déposé de nombreux amendements contradictoires qui n’ont pas été retenus dans leur majorité.
- Mathématiques en S(spécifique et spécialité) : pour 15 (UNSA, SGEN), contre 27 (FSU), abstention 4 (UNL)
- Mathématiques en ES et L : pour 15 (UNSA, SGEN), contre 20 (FSU), abstention 11
- Physique-chimie (spécifique et spécialité) : pour 25 (UNSA, SGEN), contre 21 (FSU, SNALC), Abstention 1
- SVT en S (spécifique et spécialité) : pour 19 (UNSA, SGEN), contre 19 (FSU, SNALC), abstention 7
- Littérature en L : pour 18 (UNSA, SGEN), contre 14 (FSU)
- Informatique et sciences du numérique (spécialité en S) pour 20 (UNSA, SGEN), contre 17 (FSU)
- Droit et grands enjeux du monde contemporain (spécialité en L) pour 0 contre 31 (SGEN, FSU) abstention 11 (UNSA) Ce nouvel enseignement est un enseignement de droit, aux contenus assez lourds et rébarbatifs à première vue. Les explications en séance (cas pratiques, épreuve de bac sous la forme d’une présentation orale d’un dossier élaboré dans l’année) et les clarifications apportées sur les objectifs poursuivis (éclairer les choix d’orientation et aider à la réussite en première année de droit des bacheliers L) nous ont conduits à nous abstenir plutôt qu’à voter contre. La question des ressources humaines n’est pas totalement résolue même si la DGESCO s’est engagée sur une démarche d’habilitation sur un référentiel de compétences précis avec plan d’adaptation et sur le recours à des professionnels du droit uniquement en binôme avec un enseignant.
 
En pièce jointe, vous trouverez l’ordre du jour complet du CSE.

 
 
 
 
ALC