SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
Réunion d’Information Syndicale du 8/12
Article publié le mercredi 15 décembre 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Compte-rendu de la réunion d’Information Syndicale du 8/12, organisée par SE-UNSA/SGEN-CFDT/GDID

Alors que certains n’ont jamais trouvé l’école, quelques dizaines d’enseignants ont bravé les intempéries pour se rendre à la R.I.S coorganisée par le SE06 et le SGEN Côte d’Azur, avec le concours du GDIDo6.
Un public composé de jeunes PE, de nouveaux directeurs et d’autres pus anciens, a permis un échange riche, constructif et pragmatique autour de la direction et du fonctionnement de l’école.
 Interrogés, les adjoints déclarent attendre d’un directeur :
• une crédibilité pédagogique
• de la disponibilité et de la proximité pour du soutien et des conseils
• le pouvoir de trancher afin de débloquer des situations figées.

Tous constatent quotidiennement l’importance et la diversité des missions ainsi que les difficultés qu’éprouvent les directeurs pour les assumer.
 
Les directrices et directeurs présents confirment leur exaspération, voire leur désarroi, face à des responsabilités et à des tâches qui, depuis 20 ans, n’ont cessé de croître, avec, ces dernières années, une accélération destructrice alors que les moyens n’ont jamais été à la hauteur des sollicitations.
 
Une accélération qui est vécue aujourd’hui, comme du harcèlement et qui est à l’origine de la création d’un collectif de directrices et de directeurs du 06. Celui-ci, fort de plus de 200 soutiens sous forme de lettres a sollicité une audience auprès de l’IA des Alpes Maritimes afin de lui exposer, directement, le mal-être des directeurs, d’envisager les pistes susceptibles d’améliorer leurs conditions de travail et proposer la tenue d’une table ronde académique réunissant représentants du personnel, association professionnelle et directeurs du collectif.
 
Au regard de la situation dégradée des directeurs, le statu quo n’est plus possible. Mais mettre en avant les mêmes revendications qui ont échoué depuis plus de plus de 20 ans n’est ni crédible ni à la hauteur des attentes.
 
C’est pourquoi le SE-UNSA, le SGEN-CFDT et le GDiD ont, chacun, engagé une réflexion sur un autre fonctionnement de l’école plus proche de son public, gardant une taille humaine et acquérant l’autonomie indispensable à une gestion de proximité, avec un directeur reconnu qui incarne l’école et doté des moyens de ses attributions. Réflexions qu’ils confrontent régulièrement.
Dans ce cadre, le rapport Reiss offre l’opportunité et le cadre d’un débat à la fois plus précis et plus large.
 
Ce débat, le SE, le SGEN en tant que syndicats et le GDiD en tant qu’association professionnelle, ne le refusent pas à priori. Au contraire, le rapport du Député Reiss préconise l’expérimentation et place le projet issu du terrain au cœur de cette expérimentation, 2 mesures de bon sens.
Mais il ne faut pas être dupe, même si on note une augmentation des moyens alloués aux « éventuels » nouveaux fonctionnements mis en place, la discussion ne pourra pas occulter la contradiction patente entre la destruction massive de postes et la volonté d’améliorer le fonctionnement de l’école…
Ce contexte renforce à la fois notre vigilance et notre détermination à faire enfin coïncider « réformes indispensables » et « amélioration du système ».
 
 
Vu la densité et la qualité des échanges, nous nous quittons avec la promesse d’organiser une 2° RIS avant les vacances de Pâques.

 
 
 
 
ALC