SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
CSE du 31 mars
Article publié le samedi 3 avril 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
CSE du 31 mars sur les projets de programmes de 2nde
 
Le CSE du 31 mars a adopté la quasi-totalité des projets de programmes pour la classe de 2nde. Seuls SES, PFEG et Santé-Social ont été rejetés.
Le CSE du 31 mars portait essentiellement sur les nouveaux programmes de la classe de seconde, qu’il s’agisse des nouveaux enseignements d’exploration ou d’une partie des enseignements obligatoires (histoire-géographie, Sciences Physiques, Sciences de la Vie et de la Terre, langues vivantes).
- Les projets de programmes des nouveaux enseignements d’exploration de seconde.
La CGT et FO ont expliqué qu’ils voteraient par principe contre l’ensemble des textes car ils ne sont que la déclinaison de la réforme du lycée. Sans le dire aussi explicitement, la FSU a adopté la même ligne de conduite, votant systématiquement contre tous les projets présentés, qu’elle accuse de concourir à « la dénaturation des disciplines ». Au-delà de la réforme, il existe donc un clivage éducatif essentiel autour des démarches actives, des approches interdisciplinaires et de découverte, qui n’est pas sans rappeler celui qui nous opposa naguère sur la question des TPE…
 
Les projets de Littérature & Société, Biotechnologie, Création et innovation technologique, Sciences de l’Ingénieur, Création et activités artistiques, Méthodes et Pratiques Scientifiques, Sciences et Laboratoire s’inscrivent dans une réelle logique d’exploration, proposent une approche décloisonnée des savoirs, encouragent l’interdisciplinarité. Ils offrent donc des perspectives intéressantes pour les élèves comme pour les enseignants. Le SE-USNA les a approuvés et ils ont été adoptés par le CSE (Contre : FSU, SNALC, FO, CGT)
 
Le SE-UNSA a rappelé à cette occasion que si ces démarches valorisées par les enseignements d’exploration étaient extrêmement intéressantes, elles nécessitaient un fort investissement des équipes et une concertation poussée des enseignants. C’est la raison pour laquelle le SE-UNSA revendique que soit reconnue dans le service des enseignants une part dévolue à la concertation et au travail en équipe.
 
Il en va différemment des projets de programmes de Sciences Economiques et Sociales (SES) et de Principes fondamentaux de l’économie et de la gestion (PFEG), qui ont été très largement rejetés par le CSE. Même si ces deux textes ont profité de la consultation (ils ont été allégés et les possibilités de choix ont été augmentées, et la part des sciences sociales par rapport à l’économie a été renforcée), on reste bien dans une logique de programmes classiques, très éloignée de l’approche des enseignements d’exploration.  C’est pourquoi le SE-UNSA a voté contre ces projets (voir déclaration en PJ).
 
- Les projets de programmes du tronc commun de la classe de Seconde en SVT, Physique-Chimie, Histoire-Géo, EPS, langues vivantes
- Physique-Chimie et SVT : le SE-UNSA a voté pour ces programmes qui présentent l’intérêt d’avoir été pensés dans la continuité avec le collège, de proposer une entrée par thèmes, et de valoriser les compétences que ces disciplines permettent d’acquérir. Ils ont été ont été approuvés par le CSE.
 
- Histoire-Géo : Il a été tenu compte de la consultation : on est ainsi passé de 14 questions à 9 en histoire (une diminution de 30 % environ) et le thème difficile de « La civilisation rurale dans l’Occident chrétien médiéval » a été entièrement retouché. Si la problématique du thème consacré à « l’Europe médiévale » s’en trouve très affadie, elle est aussi beaucoup plus accessible à la totalité des élèves. L’équilibre Histoire/Géo est mieux assuré, une plus grande liberté est laissée aux enseignants dans le cadre de questions au choix et le programme paraît « faisable ».
Le SNES s’est livré à une attaque en règle contre des programmes guidés selon lui par une « commande politique ».
Le SE-UNSA a voté favorablement et le programme a été approuvé par le CSE.
 
- EPS : Des débats importants ont eu lieu entre l’inspection générale et le SNEP sur la place de la compétence CP5 (« réaliser et orienter son activité physique en vue du développement et de l’orientation de soi »). Le SNEP, hostile à cette compétence, a cherché à obtenir une modification du texte qui conduirait à minorer sa place. L’IG a tenu bon, et le programme a été adopté, avec notre soutien (37 pour, 22 contre).
 
- Langues vivantes : l’administration a accédé à notre demande de modification de la phrase « l’atteinte de ces objectifs implique la mise en place d’un enseignement par groupes de compétences ». Elle est désormais libellée ainsi : « la mise en place… favorise l’atteinte de ces objectifs ». Nous souhaitions en effet éviter le caractère excessif et dogmatique d’un caractère obligatoire des groupes de compétences.
 
- une série de textes sur les formations biculturelles des lycées et en particulier les bac-bi nationaux ( Abi-bac pour l’Allemagne, l’Esabac pour l’Italie, Bachibac pour l’Espagne) :
 
Le SE-UNSA a demandé l’alignement des conditions d’admissions dans les sections franco-allemandes sur les autres sections : le niveau B1 ne peut donc être exigé à l’entrée dans ces sections. Notre amendement a été accepté. Le SE-UNSA a voté « Pour ». Les textes ont été adoptés.
 
 Un amendement général, portant sur tous les projets de programme, a été déposé par le SNES. Il était ainsi libellé : « Le travail en groupes à effectif réduit est une des conditions permettant la diversification des pratiques pédagogiques et la mise en activité des élèves ». Nous avons objecté que si les groupes allégés favorisaient effectivement ces modalités pédagogiques, on ne pouvait parler de « conditions ». L’objectif du SNES était bien, avec cet amendement, d’étayer sa position de contestation et de refus de la réforme du lycée. Nous avons donc proposé une reformulation de cet amendement :
« Le travail en groupes à effectif réduit est un moyen privilégié permettant la diversification des pratiques pédagogiques et la mise en activité des élèves ».
Le Snes ayant accepté cette reformulation, nous l’avons voté, ainsi qu’une majorité de membres du CSE (50 voix pour).
 

 
 
 
 
ALC