SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
CSE du 11 mars 2010 : Bac pro/CCF
Article publié le samedi 13 mars 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
CSE du 11 mars 2010 : Bac pro
 
Le CSE du 11 mars 2010 n’a donné lieu qu’à un seul débat éducatif important, celui des modalités d’évaluation du bac professionnel avec l’introduction du CCF dans 2 épreuves en enseignement général, jusque-là évaluées en contrôle terminal.
 
Le débat sur le financement des établissements d’enseignement privé n’a pas eu lieu, le texte ayant été retiré de l’ordre du jour au dernier moment par le ministère
 
Le CSE était consacré à l’examen de projets relatifs aux modalités d’évaluation de certaines disciplines au bac pro d’une part, et à la création ou la rénovation de plusieurs BTS.
Aucun point ne faisait véritablement problème pour les syndicats de notre fédération. En revanche, un clivage assez net est apparu autour de la question du Contrôle en Cours de Formation (CCF), avec une opposition systématique de la part d’un ensemble d’organisations comprenant les syndicats de la FSU, la CGT, SUD Education, le SNALC mais aussi les lycéens de l’UNL. Pour ces organisations, le CCF conduit irrémédiablement à une dévalorisation des diplômes (qui sont donc « bradés ») et au développement d’inégalités entre les établissements.
A l’inverse, l’UNSA, mais aussi les divers syndicats de la CFDT, les fédérations de parents d’élèves, ont réaffirmé leur appréciation globalement positive de l’évaluation en CCF, dont la dimension formative paraît à la fois pertinente au plan pédagogique, et efficace sur le plan de la validation des acquis et de la certification. 
Le SE-UNSA a cependant appelé à un meilleur accompagnement et encadrement des équipes pour lesquelles ce mode de certification est exigeant en termes de préparation et d’organisation. A l’exception du projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation de Prévention, Santé, environnement, chaque texte portant sur un diplôme ou enseignement comportant une part de CCF a obtenu une majorité de votes positifs de la part du CSE (en moyenne une trentaine de voix pour et une vingtaine contre).
 
Vous trouverez ci-dessous quelques commentaires concernant certains projets en particulier, et en PJ la déclaration liminaire faite par Luc Bentz au nom d’UNSA Education.
 
Projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation du français et de l’histoire, géographie et éducation civique au baccalauréat professionnel.
Pour, Contre, Abstention, Refus : 33, 23,1, 0
 
Projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation des arts appliqués et cultures artistiques au baccalauréat professionnel.
Pour, Contre, Abstention, Refus : 23, 22, 7 (FCPE, PEEP), 0
 
Projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation de prévention santé environnement au baccalauréat professionnel.
Pour, Contre, Abstention, Refus : 13 (SGEN), 28 (FSU, CGT, SUD, UNL), 10 (UNSA), 0
 
Projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation de l’économie – droit au baccalauréat professionnel.
Pour, Contre, Abstention, Refus : 33, 17, 0, 0
 
Projet d’arrêté fixant le programme d’économie-droit pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel.
Pour, Contre, Abstention, Refus : 47, 1, 1, 2
 
Projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation de l’économie – gestion au baccalauréat professionnel.
Pour, Contre, Abstention, Refus : 30, 20, 0, 0
 
Projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation des mathématiques et sciences physiques et chimiques au baccalauréat professionnel.
Pour, Contre, Abstention, Refus : 30, 23, 0, 1
 
Commentaire :
Les nouvelles modalités d’évaluations de bac pro en enseignement général sont revues. Hormis le français, HG et éducation civique, l’ensemble des épreuves s’évaluera en CCF puisque les maths sciences le seront désormais. S’agissant de ces matières, l’évaluation en CCF permettra de faire une part notable et intéressante à la démarche expérimentale et à l’usage des TIC.
 
Favorables au CCF sur le fond, nous demandons qu’une réflexion soit conduite sur les conditions de mise en œuvre et sur l’accompagnement des équipes.
Les modalités d’évaluation proposées sont pertinentes et intéressantes et n’ont pas suscité de critiques.
 
Un débat a cependant eu lieu pour le projet d’arrêté fixant les modalités d’évaluation de prévention santé environnement au baccalauréat professionnel, qui a été rejeté (28 voix contre, 13 pour, 10 abstention). Dans son libellé, l’une des situations d’évaluation prévues fait référence aux acquis des élèves censés être pourvus du PSC1. Les membres du CSE, dont le SE-UNSA, ont émis des doutes quant à la réalité de ces acquis et des moyens mis en œuvre en la matière.
 
Projet d’arrêté modifiant l’arrêté du 14 septembre 2006 portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur « industrie plastique europlastic » à référentiel commun européen » ;
Regroupement et modification des périodes de stages, facilitant la réalisation de stages dans des pays de l’UE y compris en débordant le cas échéant sur les vacances d’hiver, et rendant possible l’éligibilité des étudiants aux bourses ERASMUS (à partir de 8 semaines de stage).
Le SNPDEN, sans s’opposer au texte, a rappelé que la réglementation en vigueur imposait l’identification d’un responsable joignable (personnel de direction ou enseignant) lorsqu’un étudiant effectuait un stage durant les vacances scolaires.
Vote : pour
 
Modification des dispositions réglementaires relatives aux maîtres de l’enseignement privé.
En cohérence avec nos positions plus générales sur la formation des enseignants, tout comme le SGEN, nous avons voté contre cette déclinaison pour le privé de la « mastérisation ». A noter : les syndicats de la FSU et le SNALC se sont abstenus…
 
Pour, Contre, Abstention, Refus : 2, 25, 14, 7 (FCPE, PEEP).
 

 
 
 
 
ALC