SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
L’appartenance Ă  une communautĂ© linguistique ne peut tenir lieu de projet social et national
Article publié le vendredi 23 mai 2008.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
L’appartenance  Ă   une  communautĂ©  linguistique  ne  peut  tenir  lieu  de  projet  social  et  national  
  
L'AssemblĂ©e  nationale  a  adoptĂ©  jeudi,  Ă   la  quasi‐unanimitĂ©,  un  amendement  surprise  au  projet  de  loi  sur  la  rĂ©forme  des  institutions  visant  Ă   inscrire  la  reconnaissance  des  langues  rĂ©gionales  dans  la  Constitution.  
 
«Les  langues  rĂ©gionales  appartiennent  au  patrimoine»  de  la  Nation,  prĂ©voit  l'amendement  prĂ©sentĂ©  par  le  prĂ©sident  UMP  de  la  commission  des  Lois  et  qui  complĂštera  l'article  1  de  la  Constitution.   
  
L'ensemble  des  groupes  â€ UMP,  Nouveau  Centre,  PS,  PCF,  Verts  et  MoDem‐ avaient  dĂ©posĂ©  des  amendements  similaires.  Pourtant,  ces  amendements  avaient  tous  Ă©tĂ©  rejetĂ©s  par  la  commission  des  Lois  la  semaine  derniĂšre,  d'oĂč  le  caractĂšre  exceptionnel  de  l'adoption  de  cette  proposition.  
  
En  quoi  les  langues  rĂ©gionales  seraient-elles  brimĂ©es  en  France  pour  qu’il  faille  en  catimini  modifier  l’article  1er  de  la  Constitution,  sans  dĂ©bat  prĂ©alable  ?  
  
La  diversitĂ©  linguistique  existe,  Ă   l’UNSA  Education  nous  la  dĂ©fendons.  Mais  inscrite  comme  principe  constitutionnel,  elle  introduit  la  division.  Les  langues  rĂ©gionales  doivent  rĂ©unir  et  non  diviser.  
  
La  Constitution  du  4  octobre  1958  dans  son  article  2  mentionne  :  Â«  La  langue  de  la  RĂ©publique  est  le  français  Â».  Cette  nouvelle  disposition  :  Â«Les  langues  rĂ©gionales  appartiennent  au  patrimoine»  situĂ©e  Ă   l’article  1er  hiĂ©rarchise  ces  principes  fondamentaux.  Ceci  constitue  une  concession  essentielle  au  communautarisme.  Elle  sera  trĂšs  vite  instrumentalisĂ©e  par  les  groupes  de  pressions  qui  ont  rĂ©ussi  lĂ   un  bon  coup  constitutionnel.   
  
Ainsi,  les  parlementaires  incitent  Ă   transgresser  le  principe  de  citoyennetĂ©  pour  appliquer  Ă   certains  groupes  sur  une  base  linguistique  une  politique  de  discrimination  avec  des  droits  diffĂ©renciĂ©s  constitutionnalisĂ©s  au  nom  d’une  langue  rĂ©gionale.  Les  rapports  sociaux  se  construiraient  alors  dans  des  logiques  communautaires  Ă   prĂ©Ă©minence  linguistique  contre  le  principe  de la  citoyennetĂ©.  Le  lien  communautaire  s’opposerait  au  contrat  social,  au  contrat  national.  
  
Toute  prĂ©fĂ©rence  entre  groupes  implique  une  ou  des  discriminations  vis‐à‐vis  d’autres  groupes  et  conduit  Ă   une  hiĂ©rarchisation  communautaire.  Il  faut  sans  cesse  se  mobiliser  pour  l’égalitĂ©  et  contre  toutes  les  discriminations  sinon  l’on  risque  de  justifier  des  discriminations  plus  Ă©galitaires  que  d’autres.  Toutes  les  revendications  alimentĂ©es  par  des  foyers  identitaires  valident  ces  tentations  d’un  communautarisme  politique.  Elles  condamnent  la  laĂŻcitĂ©  et  le  vivre  ensemble.  Le  groupe  deviendrait  attributaire  de  droits  et  non  plus  le  citoyen.  
  
Le  Conseil  Constitutionnel  dans  sa  dĂ©cision  99‐412  du  15  juin  1999,  au  sujet  de  la  charte  europĂ©enne  dans  langues  rĂ©gionales,  confirme  nos  craintes  lorsqu’il  Ă©nonçait  :  Â«  La  France  est  une  RĂ©publique  indivisible,  laĂŻque,  dĂ©mocratique  et  sociale.  Elle  assure  l’égalitĂ©  devant  la  loi  de  tous  les  citoyens  sans  distinction  d’origine,  de  race  ou  de  religion.  Elle  respecte  toutes  les  croyances  ;  que  le  principe  d’unicitĂ©  du  peuple  français,  dont  aucune  section  ne  peut  s’attribuer  l’exercice  de  la  souverainetĂ©  nationale,  a  Ă©galement  valeur  constitutionnelle  ;  
ConsidĂ©rant  que  ces  principes  fondamentaux  s’opposent  Ă   ce  que  soient  reconnus  des  droits  collectifs  Ă   quelque  groupe  que  ce  sot,  dĂ©finis  par une  communautĂ©  d’origine,  de  culture,  de  langue  ou  de  croyance  Â».  
  
Auparavant,  dans  une  dĂ©cision  96‐373  du  9  avril  1996  portant  statut  d’autonomie  de  la  PolynĂ©sie  française  :  Â«  Le  Conseil  a  tenu  Ă   prĂ©ciser,  aussi,  que  la  reconnaissance  de  la  possibilitĂ©  d’utiliser  les  langues  tahitienne  et  polynĂ©sienne  ne  saurait  aller  contre  le  principe  inscrit  dans  la  Constitution  que  le  français  Â«  est  la  langue  de  la  RĂ©publique  Â».  
 
Rappelons  dans  le  cadre  de  l’affaire  Diwan  d’intĂ©gration  des  Ă©coles  communautaires  linguistiques  par  immersion,  donc  avec  l’usage  exclusif  de  la  langue  bretonne  comme  langue  d’enseignement,  UNSA  Education  a  dĂ©posĂ©  deux  recours  en  Conseil  d’État  qui,  s’appuyant  sur  nos  principes  constitutionnels  a  suivi  nos  deux  requĂȘtes.  Introduire  aujourd’hui  cette  disposition  dans  la  Constitution  remettrait  en  question  ces  dĂ©cisions.   
  
L’enseignement  par  immersion  fait  du  français  une  langue  seconde.  Nous  soutenons  la  possibilitĂ©  d’apprendre  une  langue  rĂ©gionale,  mais  nous  refusons  l’enseignement  exclusif  dans  la  langue  rĂ©gionale.  
  
Nous  ne  sommes  pas  opposĂ©s  aux  langues  rĂ©gionales.  
  
DĂ©samorçons  un  faux  procĂšs  :  UNSA  Education  milite,  depuis  toujours  pour  l’enseignement  des  langues  rĂ©gionales  ou  Ă©trangĂšres  dans  le  service  public  d’éducation.  Citons,  entre  autres,  la  rĂ©solution  gĂ©nĂ©rale  adoptĂ©e  en  dĂ©cembre  2000  Ă   notre  congrĂšs  de  Pau  :  
  
«  L’unicitĂ©  de  la  France,  ce  n’est  pas  l’uniformitĂ©  de  ses  habitants.  Il  faut  permettre  Ă   la  diversitĂ©  des  langues  et  des  cultures  rĂ©gionales  ou  Ă©trangĂšres  qui  sont  pratiquĂ©es  sur  son  territoire  d  s’exprimer  et  de  s’épanouir  Ă   travers  les  mĂ©dias,  l’art  ou  l’éducation,  Ă   cĂŽtĂ©  de  la  langue  nationale  officielle,  le  français,  dĂšs  lors  qu’elles  ne  sont  ni  le  prĂ©texte  Ă   une  remise  en  cause  de  l’unicitĂ©  nationale,  ni  Ă   une  discrimination.  
  
Nous  nous  opposons  Ă   ce  que  la  France,  RĂ©publique  laĂŻque,  devienne  une  dĂ©mocratie  communautaire,  chaque  communautĂ©  ayant  ses  Ă©coles,  ses  coutumes,  ses  pratiques  qui  l’emportent  sur  la  loi  de  tous,  s’ignorant  l’une  l’autre  ou  se  combattant.  La  cohĂ©sion  sociale,  dĂ©jĂ   compromise  par  les  inĂ©galitĂ©s,  n’y  rĂ©sisterait  pas  Â».  
  
Le  bilinguisme,  dans  le  cadre  du  service  public,  est  une  chance  pour  des  langues  qui  ont  Ă©tĂ©  rejetĂ©es  ou  mĂ©prisĂ©es.  La  constitution  d’un  rĂ©seau  particulier,  comme  l’intĂ©gration  prĂ©parĂ©e  des  Ă©coles  privĂ©es  Diwan,  ouvre  au  contraire  la  voie  Ă   l’affirmation  de  sĂ©paratismes  linguistiques,  incompatibles  avec  les  principes  d’égalitĂ©.  
  
Avec  la  langue  commune,  les  langues  en  tant  qu’outils  de  connaissance  et  de  communication  entre  les  femmes  et  les  hommes  doivent  ĂȘtre  enseignĂ©es  dans  le  service  public  d’éducation.  
  
Le  service  public  laĂŻque  de  l’éducation  ne  peut  ĂȘtre  un  lieu  d’affrontement  pour  ceux  qui  souhaitent  transformer  des  langues  en vecteurs  de  stratĂ©gie  identitaire,  recherchant  des  droits  institutionnels  spĂ©cifiques  souvent  dans  une  identitĂ©  fabriquĂ©e  contre  la  RĂ©publique.  
  
Nous  revendiquons  une  Ă©cole  publique  laĂŻque  ouverte  Ă   tous  qui  reconnaĂźt  le  droit  Ă   la  diffĂ©rence  sans  pour  autant  institutionnaliser  la  diffĂ©rence  des  droits,  porteuse  de  sĂ©grĂ©gation.  Les  langues  rĂ©unissent,  elles  peuvent  aussi  diviser.  Instrument  d’unitĂ©  et  de  cohĂ©rence  dans  un  cadre  national,  la  langue  Â«  officielle  Â»  assure  l’égalitĂ©  dans  la  vie  civile.  Mais  un  pays  est  aussi  fait  de  sa  diversitĂ©.  Elles  montrent  que  la  culture  d’un  pays  est  composite  ou  mĂ©tisse.  Reconnues,  elles  peuvent  prendre  place,  dans  le  service  public,  dans  le  cadre  du  bilinguisme.  
 
 
 
 
 
ALC