SECTION SE-Unsa des ALPES MARITIMES - 7 RUE MIRON - 06000 NICE
Tél. 09 52 11 13 93 - Fax. 09 57 11 13 93 - Por. 06 51 44 39 17 - 06@se-unsa.org

 
Développement de l’enseignement artistique et culturel, enseignement de l’histoire des arts
Article publié le mardi 12 février 2008.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Développement de l’enseignement artistique et culturel, enseignement de l’histoire des arts
 
Xavier Darcos et Christine Albanel (ministre de la Culture et de la Communication) ont prĂ©sentĂ© le 30 janvier les grandes lignes de leur programme de dĂ©veloppement  de l’enseignement artistique et culturel. Plusieurs mesures proposĂ©es sont inacceptables.
 
Extraits de leur communiquĂ© :
- « Un enseignement d’histoire des arts sera intĂ©grĂ© aux programmes d’histoire, de lettres et de langue, dès la rentrĂ©e 2009 pour l’école primaire, et en 2009-2010 pour le collège et le lycĂ©e. Au collège, en particulier, l’histoire des arts reprĂ©sentera un quart du programme d’histoire et la moitiĂ© des programmes d’éducation musicale et d’arts plastiques ; le brevet des collèges comprendra dĂ©sormais une Ă©preuve obligatoire d’histoire des arts.
- La pratique artistique sera également renforcée à l’école et hors de l’école, notamment au sein des activités menées dans le cadre de l’accompagnement éducatif des élèves après 16 heures. Celui-ci sera étendu à tous les collèges et aux écoles primaires de l’éducation prioritaire dès la rentrée 2008. Un accompagnement en postes d’enseignants sera proposé aux collectivités territoriales responsables des écoles de musique et de danse afin de multiplier par quatre le nombre de classes à horaires aménagés, qui passeront de 200 à 800 cursus en cinq ans. Ces classes seront élargies au théâtre et aux arts plastiques et développées en particulier dans les établissements de l’éducation prioritaire. Le partenariat avec les collectivités locales visera à l’augmentation des capacités d’accueil d’élèves, pour des cours et des ateliers, dans les écoles territoriales de musique, de danse, de théâtre et d’art.
- Les projets d’école et d’établissement devront tous intégrer, d’ici septembre 2009, un volet culturel concernant tous les élèves, élaboré en partenariat avec les institutions culturelles, faisant ainsi de l’établissement scolaire l’un des pivots essentiels de la politique culturelle conduite par le Gouvernement.
- Dès la rentrĂ©e 2008, la gratuitĂ© sera accordĂ©e aux professeurs pour l’entrĂ©e dans tous les musĂ©es et monuments nationaux dĂ©pendant des ministères de la culture et de l’enseignement supĂ©rieur Â».
 
Analyse et commentaires du SE-UNSA :
-          Lors du CSE de septembre 2007, le SE avait votĂ© contre une modification des programmes de primaire faisant de l’histoire des arts un point fort de plus du programme d’histoire et gĂ©ographie. Nous avons alors dĂ©noncĂ© un alourdissement des programmes incompatible avec une rĂ©duction du nombre d’heures de cours des Ă©lèves et avec l’annonce par le ministre d’une rĂ©Ă©criture des programmes avec un recentrage sur les fondamentaux. Le Snuipp avait Ă  l’époque votĂ© pour … mais n’en est pas Ă  un revirement près.
-          Aucune crĂ©ation de postes d'enseignants n'est annoncĂ©e dans les disciplines artistiques. La promotion des pratiques se fera donc hors Ă©ducation nationale, en prenant appui sur les ressources territoriales, avec toutes les inĂ©galitĂ©s que cela suppose. Nous condamnons fermement la proposition visant Ă  renvoyer la pratique artistique sur le temps de l’accompagnement Ă©ducatif et Ă  relĂ©guer les Ă©tablissements scolaires au rang de « pivot Â» du dispositif.
-          Ces annonces n’ont bien Ă©videmment fait l’objet d’aucune concertation. Il s’agit encore une fois d’annonces « bling-bling Â», on met en avant la multiplication des classes amĂ©nagĂ©es qui ne concernent qu’un nombre infime d’élèves. Sur quels fondements pĂ©dagogiques et Ă©ducatifs le choix de consacrer un quart du programme d’histoire et la moitiĂ© des programmes d’éducation musicale et d’arts plastiques au collège Ă  l’histoire des arts repose-t-il ?
-          La gratuitĂ© d’accès aux musĂ©es pour les professeurs est une mesure positive mais devait ĂŞtre Ă©tendue aux Ă©lèves.
-          Sur la nouvelle Ă©preuve obligatoire d’histoire des arts au brevet des collèges, le Ministre a par ailleurs prĂ©cisĂ© qu’elle pourrait prendre la forme "d'un dossier" ou "d'une Ă©preuve de connaissances corrigĂ©e par les enseignants d'Ă©ducation musicale et d'arts plastiques". Les collĂ©giens auront Ă©galement la possibilitĂ© dans le cadre de cet examen de "valoriser" une pratique artistique personnelle, acquise en dehors ou dans le cadre de l'Ă©tablissement.
Cette nouvelle épreuve apparaît véritablement comme le fait du prince. Parce que le président l’a voulu, on s’apprête à greffer un nouvel appendice à un examen dont les finalités et les modalités sont à revoir. Un examen dont la rénovation, commencée il y a six ans, n’a toujours pas vu le jour. Rappelons que le ministère n’est toujours pas en mesure de présenter un brevet permettant de valider l’acquisition du socle commun. Il y a peu de chance que cette nouvelle injonction soit porteuse de progrès.
 
 
 
 
 
ALC